Accueil / CULTURE / « Notre Pays, le Sénégal Paradigmes et Paradoxes » fin (Par Petit Gueye)

« Notre Pays, le Sénégal Paradigmes et Paradoxes » fin (Par Petit Gueye)

Exemple à suivre par tous les enfants de Sokone. Nous venons aussi d’acquérir une ambulance médicalisée grâce à un partenariat avec la croix rouge. Dis ce que tu peux faire pour ta commune, et non ce que ta commune peut faire pour toi ! Je veux être un Maire modèle qui laisse un héritage appréciable et notable pour les générations futures. Mon engagement vient du fait que je sers la ville natale de ma mère et mes souvenirs d’enfance restent indélébiles. Mon engagement pour Sokone est un engagement inconditionnel, et même plus, un engagement de sacerdoce. Imaginez que vous voulez offrir un cadeau à votre mère, vous ne lésinerez ni sur les moyens, ni sur les efforts. Sokone est dans mon âme, elle vit en moi et je vis avec. Il faudra beaucoup travailler, changer les mentalités et beaucoup investir dans le cadre de vie, dans les opportunités économiques locales afin de susciter l’auto-emploi et les services sociaux de base. Nous y arriverons. Incha Allah dans l’action et le travail au quotidien. Amitiés et Fraternités J’écris ce paragraphe du balcon du ROC HOTEL à Attakpamé, une ville du Togo où je suis en mission pour former les membres des comités de paix sur le leadership transformationnel et la communication non violente. L’hôtel est niché sur une colline avec une magnifique vue sur la ville.

126

Le Togo est un pays d’avenir avec un Président jeune qui en veut et qui s’inspire beaucoup du Président Macky Sall. Il a aussi adopté le PUDC, c’est réconfortant que les pays Africains apprennent les uns des autres, sans complexe. J’ai décidé de remplacer le paragraphe de « l’affaire dërëm », par celui de l’amitié et de la fraternité. Que de souvenirs, le cadre m’y inspire. Mon grand frère était quand même brillant lorsqu’il était petit. Je me rappelle qu’il était toujours premier durant tout son cycle primaire. Seulement une fois, il a été devancé par une fille ; il avait le 2ème rang de la classe ; c’était au CM1 je crois, une fille l’avait devancé de 1⁄2 point en dessin. Il a tellement pleuré ce jour là, comme quelqu’un qui avait perdu sa grand-mère. Franchement « da ma ko merewoon »111 ; mais, « jël 2ème ba paré di jooy, wa yowe »112. Il est vraiment un exemple pour les enfants de Sokone. Toute son enfance a été étude et lecture. D’ailleurs il avait un sac tellement gros pour un chétif comme lui, que quelqu’un l’avait surnommé BALLA, en référence au personnage du livre de lecture (matin d’Afrique) des élèves de l’époque. Et puis il a continué comme cela, tout ce qu’il a eu dans la vie, il a eu à la sueur de son front, à force de concours, d’excellence et de persévérance. Chapeau Grand POG. Je n’étais pas souvent premier de la classe mais je restais dans les 5 premiers. Il arrivait aussi que je cache mes leçons. J’ai voulu devenir mécanicien car j’étais fan du mécano qui réparait le 111 J’étais fâché contre lui 112 Etre classé 2ème et puis pleurer, ça ne va pas non ! Véhicule de Papa. Pape Diallo était le messie qui dépannait le véhicule et bien sûr c’était magique pour l’enfant que j’étais.

127

Ensuite j’ai voulu devenir prêtre après avoir suivi les cours de catéchisme du Père Mayor. Sa soutane blanche me plaisait. En fait je préférais jouer au football ou au « bëre ». J’adorais les lutteurs des Iles du Saloum, le rythme sérère et la danse des lutteurs comme Yékini. On danse en pagayant, c’est symbolique et très joli lorsque bien fait. Nous avons toujours été très proches, mon grand frère et moi. En fait nous avons toujours tout partagé, le lit, les ballons, le « lël ou mbaar»113 aussi. Nous avons partagé de très fortes émotions ; décès de notre père ; j’étais aussi son clando ou « Palestinien » à l’université. Je lui voue une profonde estime et une grande compassion. C’est peut être l’une des rares personnes capables d’influencer mes décisions, heureusement qu’il n’intervient pas toujours dans ce que je veux faire. Il me considère un peu têtu je crois. J’ai grandi dans son sillage, l’épiant et l’imitant. Tous ses amis sont devenus les miens et vice versa. Les grands nous ont beaucoup formatés. Je pense à grand Kayré que j’appelle aussi l’oncle ; oh là-là, il nous a vraiment appris toutes les « choses » de la vie de jeunes étudiants. Le Grand Assane moom, c’est vraiment un fidèle. On l’appelait Caare Ndongo ; je me rappelle un match de football navétanes du Magg Daan de Kaolack qu’il avait joué. Il avait fait 55 minutes dans le terrain sans toucher le ballon, sauf une fois où le ballon avait heurté ses jambes. Il en était d’ailleurs tombé. L’arbitre avait sifflé un 113 Case des circoncis coup franc en sa faveur.

128

Mais quand j’y pense, qui l’avait même fauché ? Ce devait être un coup franc contre le ballon. Ah ! Grand Caare Ndongo!!! Je fais un clin d’œil à mes grands comme grand Go, Grand Barou, et amis boy Jeff, Boy Coumé, Pa Ibou, Papis, boy Pouye, boy Faye, Fodé Kaba, Amadou Dème dit Cauchy scharw pour avoir brillamment trouvé la réponse de l’exercice de math qui avait donné du fil à retordre à notre professeur Chipo. Nous étions en terminale C avec un célèbre camarade. Je garde encore d’excellentes relations d’amitiés avec Kobar et Amadou. Je souhaite à mon ami Sady qui m’a appris le « dëgër bopp »114, une meilleure santé. Et bien d’autres que je salue, Codé, Ndaraw… L’argent et les Sénégalais Chers compatriotes, d’où vient votre argent ? Combien en avez-vous ? Comment le dépensez-vous ? En avez-vous beaucoup, un peu, trop, juste ce qu’il vous faut pour vivre au quotidien ? Rappelez vous de la dernière fois que vous avez reçu de l’argent, était ce de l’argent gagné à la sueur de votre front ? Aviez-vous travaillé durement pour l’argent que vous aviez reçu ? Pensez vous que vous l’aviez mérité vraiment ? Sinon, qui vous avait donné l’argent ? Pour quelle raison ? Pour quelles finalités ? Savez-vous d’où venait l’argent qu’on vous avait donné ? 114 Entêtement Cèy Yalla « Cèy » est l’expression d’une émotion d’étonnement.

129

« Cèy Yalla » est une sorte de résignation à un sort déterminé par l’Omnipotent Allah. Il traduit un sentiment d’impuissance de la part de celui ou de celle qui le prononce. « Cèy Yalla » se prononce seulement après coup, lorsqu’on ne peut plus rien faire. Il peut s’agir aussi d’une sublimation et d’un rappel que Dieu est au dessus et à la finalité de tout. L’expression revêt une toute autre signification lorsqu’à la place de Yalla, on met le nom d’une personne. Par exemple « Cèy Kayre » ou « Cèy Farba » ou « Cèy Aliou » signifie un étonnement que nous avons vis-à-vis des agissements de Kayre, Farba ou Aliou. Si l’enfant Aliou est turbulent, il trempe dans toutes les sauces, fait du « pathiakh » dans le pétrole, on peut dire « Cèy Aliou ». Ici, le fait qu’Aliou soit un peu trop nombreux de manière non nécessaire crée un sentiment d’étonnement. En fait, en disant Cèy Aliou, on pense qu’il pourrait se passer de cette agitation et nous en épargner. Si Kayre fait des performances sportives importantes avec beaucoup de médailles, on peut dire Cèy Kayre pour montrer notre émerveillement positif et aussi exprimer le fait que Kayre est dessus de ses camarades. Cèy Bolt.

130

  1. CONCLUSION

Les générations passent, les Nations demeurent ! Il est des moments favorables pour les peuples de faire émerger certains de leurs enfants qui deviennent ainsi de Grands Hommes. Tous les Grands Hommes l’ont été du fait de leurs actions à un moment précis de l’histoire quand il s’est agi de relever les plus grands défis de leurs peuples. Le Sénégal est une Nation jeune, un pays géographiquement petit mais grand par la valeur et la contribution de ses enfants à l’histoire récente de l’Afrique. Nous faisons partie des modèles de stabilité, de bonne gouvernance et de démocratie en Afrique. Notre modèle a pu tranquillement assurer le passage du témoin du relais de Senghor à Macky Sall en passant par Diouf et Wade. Pour la première fois, une génération d’après l’indépendance est en charge des destinées de notre Nation. Nous sommes appelés à enclencher une nouvelle trajectoire pour le futur de notre pays. Chaque génération qui passe laisse une histoire pour notre pays. Nous sommes en train d’écrire la notre, une nouvelle histoire pour laquelle, chacun de nous, se doit d’apporter sa contribution. L’émergence du Sénégal est une vision. Elle représente un nouveau paradigme de développement; la réalisation de l’émergence exige des Sénégalais et Sénégalaises, que nous sommes, de nouvelles manières d’être en relation les uns aux autres et avec nous-mêmes ; entre nous-mêmes et à l’intérieur de nos institutions sociales, économiques, politiques et culturelles.

131

Elle va exiger que les intellectuels  et les hommes politiques se réinventent pour être de vrais acteurs responsables et incarnant un consensus générationnel vers le futur. La grande séquence de Senghor à Wade est terminée. Ceux qui ont accompagné Senghor, Diouf et Wade et ayant plus de 65 ans doivent se mettre à l’arrière-plan. Ils peuvent créer des Instituts d’études politiques ou des associations afin de partager leur expérience. Ceux et celles qui ont des ambitions présidentielles doivent se parler et construire un consensus intangible pour le futur.

132

Le Sénégal est plus grand que nous tous et nos égos. Vive le consensus générationnel pour le futur, pour une nouvelle Assemblée Nationale, Autrement ; Un nouveau Sénégal, Autrement. Une Commune, Un Milliard !  Notre pays le Sénégal Paradigmes et Paradoxes

1

ère impression : 2016

Sommes-nous conscients du résultat que nous allons produire en continuant de faire ce que nous faisons et de dire ce que nous disons ? 133

Table des Matières

AVANT-PROPOS…………………………………………………… 7

LES PARADIGMES…………………………………………… … 9

NOTRE TEMPS ET L’INSTANT …………………………….. 11

LE LEGS AUX GENERATIONS FUTURES…………. 11

LES SENEGALAIS ET LA MORT ………………….. 12

FATALISME ET SUPERSTITION …………………………… 14

LA PRATIQUE DE LA RELIGION…………………………. 16

SYNCRETISME…………………………………………………………. 20

CHARLATANISME ET GRIS-GRIS……………………….. 22

COHESION SOCIALE …………………………………….. 25

ENTROPIE DE LA FAMILLE………………………………… 26

LE TRAVAIL ……………………………………………………….. 28

LE PIEGE DE L’INACTION ………………………….. 30

GREVE PAR CI, GREVE PAR LA…………………. 32

LA POLITIQUE………………………………………………. 34

LE DISCOURS DES POLITICIENS………………… 42

LES PARTIS POLITIQUES AU SENEGAL………. 44

134

LES METAPHORES ET LA VIOLENCE

EN POLITIQUE…………………………………………………………. 46

SPIRITUALITE, POLITIQUE ET

CITOYENNETE ……………………………………………………. 48

DIVISION DANS LE CHAMP POLITIQUE………….. 50

LES ALLIGATORS DE LA POLITIQUE… ……………. 51

UNE PRATIQUE ETOURDIE DE LA

DEMOCRATIE………………………………………………………… 53

LES POUVOIRS DU PRESIDENT DE LA

REPUBLIQUE………………………………………………………… 58

LES EMOTIONS………………………………………………………. 60

L’APPUI AU DEVELOPPEMENT………………….. 62

LES ENTREPRISES PUBLIQUES ET LES

AGENCES………………………………………… 66

RENFORCEMENT DE CAPACITE………………………. 68

LA RECHERCHE ET LE TRANSFERT DE

TECHNOLOGIE…………………………………………………….. 70

L’EXECUTION DES MARCHES PUBLICS………… 71

L’HYPERCONSOMMATION ET

L’HYPERMATERIALITE…………………………… 73

135

OSTENTATION ET APPARAT ……………………………. 76

L’HYPER-MODE …………………………………………… 76

LE DIKTAT DU MOUTON DE TABASKI… …… 77

ENTREPREUNARIAT ET AUTO EMPLOI……….. 79

CIRCUIT DE GALERE…… ……………………………………. 81

LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.. ……….. ……. 86

LES MEDIAS ………………………………………………………… 87

LES JOURNALISTES ET LEURS QUESTIONS…….. 88

GOUKHE PETOROLE……………………………….. 89

LE PETROLE NE SERA PAS L’ENERGIE DU

FUTUR………………………………………………… 92

LE PASSE, LE PRESENT ET LE FUTUR………….. 93

UNE ASSEMBLEE NATIONALE, AUTREMENT….. 95

EN BREF……………………………………………. 101

LES HAUTS-CADRES ET LES MEETINGS

POLITIQUES………………………………………… 114

BONUS………………………………………………. 117

CONCLUSION…………………………………………………………. 130

136

Achever d’imprimer à Dakar

avril 2017

Sous les presses de l’Imprimerie PRIMBA

Email : senegrimp@yahoo.fr

Dépôt légal 2017

137

À voir aussi

Oscars 2018 : James Franco écarté, Kobe Bryant à l’origine d’une polémique… Découvrez toutes les nominations

Découvrez sans plus attendre les nominations des Oscars 2018. A noter l’absence de James Franco, …

« Notre Pays, le Sénégal Paradigmes et Paradoxes » Partie 8 (Par Petit Gueye) Circuit de galère, Présidence de la République, les médias, les journalistes et leurs questions, Goukh petorole

Les séminaires et les réunions ne sont que des  étapes dans l’organisation du service et …