téléchargement (4)

NOUVEAUX MÉTIERS L’Onfp pour  la révision de la convention collective

 Au Sénégal, comme dans beaucoup  de pays africains, de nombreuses personnes qui exercent une activité, un métier, se trouvent piégés dans un cercle  vicieux où faible  qualification, faible productivité, faible revenu et précarité  sont indissociables. Fort de ce constat, l’Office national de la formation  professionnelle (Onfp), en tant que organisme au service des branches professionnelles, offre des réponses  par rapport à ces manquements.

Vieille de plus de 39 ans, la Convention collective des auxiliaires de transport, créée  le 16 décembre 1957, a vu, aujourd’hui, plusieurs nouveaux métiers sortir de son champ d’application. Dès lors, l’Office national de la formation  professionnelle (Onfp) envisage de la réactiver. Pour ce faire,  la  structure dirigée  par Sanoussi Diakité  a  organisé, hier, à Dakar,  un atelier de concertation avec les acteurs de la   branche  professionnelle auxiliaire  du transport.

« Dans cette convention, il y a des titres et des conventions  qui  sont devenus obsolètes. Il y a  aussi de nouveaux emplois qui ne  sont  pas pris en compte par cette convention. Cet atelier vise à améliorer  la productivité du travail et à assurer  la meilleure  structuration des branches », déclare Sanoussi Diakité. Ainsi, pour corriger  ces déphasages, l’Onfp s’est fixé trois objectifs. Il s’agit d’abord « d’identifier les priorités de la branche auxiliaire de transport, de  recueillir des informations sur de nouveaux métiers correspondant au centre d’intérêt pour  enfin formuler des recommandations sur des actions à entreprendre à court et moyen  terme ».

Aussi, a souligné le directeur de l’Onfp, cet atelier vise à améliorer la productivité du travail et  assurer la meilleure structuration des branches. « Pour l’Onfp, ayant les compétences  techniques d’attester l’aptitude  où la conformité à ces exigences, normes et règles, à travers la délivrance de titres de qualification professionnelle ou titre professionnel respectant les termes de la Convention collective de branche, la qualification professionnelle des ressources humaines, est un facteur déterminant pour la  productivité du travail. Elle  est un enjeu de taille pour la compétitivité des produits et services offerts par secteur », ajoute Sanoussi Diakité. Selon un document, la qualification des travailleurs  est un enjeu de taille pour la compétitivité des produits et services offerts par ce secteur.

Ibrahima Khalil DIEME

Voir aussi

cooperation_senegal-japon

Réhabilitation du port de Dakar: Le Japon injecte 22 milliards

Le Japon vient de mettre à la disposition du Sénégal des financements d’environ 22 milliards …