SOCIETE

OCTROIE DE NATIONALITÉS AUX MARIS ÉTRANGERS-  Fatou Oumy Sonko alerte l’opinion nationale

  • Date: 10 mars 2016

 L’Assemblée nationale avait  adopté,  à l’unanimité, un projet de loi autorisant les femmes sénégalaises à donner la nationalité à leurs époux et à leurs enfants de nationalité étrangère. Une chose qu’a certainement suivie Fatou Oumy Sonko qui avait octroyé sa nationalité à son mari Français, mais qu’elle regrette car, d’après elle, il attendait juste d’avoir cette nationalité pour la quitter.

  Depuis que l’Assemblée nationale a adopté  la loi autorisant les femmes sénégalaises à octroyer la nationalité à leurs époux et à leurs enfants de nationalité étrangère, en 2013, beaucoup de maris véreux profitent de cette occasion pour se taper des femmes sénégalaises pour un mariage de quelques mois, le temps d’empocher le sésame.  Une victime que nous avons rencontrée  raconte son calvaire. Elle s’appelle  Fatou Oumy Sonko. Et elle avait donné sa nationalité sénégalaise à son ex-époux, un geste qu’elle regrette amèrement.

 « Notre rencontre, mon conjoint et moi » 

 Un début pas comme les autres. Et oui. Cela se traduit dans son regard lorsqu’Oumy, cette jeune originaire de la Casamance,  raconte le jour qu’elle a rencontré son Français. « On s’est connu à Cap Skiring, lors de mes grandes vacances, en 2005. Même si j’avoue qu’on avait un début vraiment magnifique, je regrette de lui avoir donné ma nationalité. » Dit-elle avec les larmes aux yeux. Mais cette brillante jeune fille rencontre que l’édile ne va pas durer si longtemps, car c’est après 8 ans de mariage que son amour avec le Français volera en éclats, car celui-ci l’abandonnera et ira à la rencontre d’une autre sénégalaise plus jeune qu’elle. Et cela, après avoir juste obtenu sa nationalité.

« Je regrette d’avoir octroyé ma nationalité à mon ex-époux »

Ainsi, cette modification qui  permet à la mère qui a acquis la nationalité sénégalaise de transmettre celle-ci à son enfant mineur, n’a pas porté bonheur  à la jeune dame car celle-ci en a payé les pots cassés. C’est après  8 ans d’union, qu’Oumy va enfin donner sa nationalité à son mari Français. Une chose qu’elle regrette vu ce qui s’est par la suite. « C’est la plus grosse erreur de ma vie, car j’ai comme l’impression qu’il attendait juste d’avoir cette nationalité », regrette-t-elle. Pour elle, octroyer sa nationalité à un étranger, sera la dernière chose qu’elle fera pour le restant de ses jours.  « Même si je me remariais avec un Sénégalais, je veillerai à ce que mes enfants ne commettent pas cette même erreur », prévient-elle. Oumy déplore la manière dont cette loi a été mise en place. Car, elle pense qu’il devrait y avoir un suivi. Autrement dit, « qu’on fasse perdre à l’étranger sa nationalité. »

Son appel  aux femmes « Fatou-Fatou »

Cependant, Madame Kane qui s’est remariée avec un Sénégalais vivant à l’extérieur après sa déception avec le Français,  lance un appel à ces femmes qui sont à l’étranger. « C’est une bonne chose si on est  marié avec un étranger, de lui octroyer  sa nationalité. Mais, je demande à toutes les femmes qui sont à l’étranger de faire attention, car donner sa nationalité à un étranger pourrait être une erreur fatale », déclare-t-elle.

Pour rappel, dans l’ancien texte, seuls les pères pouvaient transmettre la nationalité à leurs enfants. Alors que dans le nouveau projet de loi qui permet à la femme sénégalaise d’octroyer sa nationalité,  la loi dit que : « Est Sénégalais, tout enfant qui est né de parents sénégalais, qu’il s’agisse d’un père ou d’une mère. »

Khady Thiam COLY (Stagiaire)

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15