Accueil / ACTUALITES / Offense au Chef de l’Etat : Me Amadou Sall hume l’air de la liberté après 3 mois passés en prison

Offense au Chef de l’Etat : Me Amadou Sall hume l’air de la liberté après 3 mois passés en prison

 Le procès de Me Amadou Sall a été renvoyé, hier, jusqu’au 30 juin prochain. Mais auparavant, le responsable libéral poursuivi pour offense au Chef de l’Etat a bénéficié d’une liberté provisoire. Ce, après 3 mois de détention préventive.

La cour d’appel de Dakar a ouvert, hier, le dossier de Me Amadou Sall poursuivi pour offense au Chef de l’Etat. C’est pour le renvoyer jusqu’au 30 juin prochain. Mais auparavant, la cour a ordonné la mise en liberté provisoire du responsable libéral, ancien garde des sceaux. A la barre de la Cour d’appel, hier, le président est revenu sur les charges qui pèsent sur l’un des avocats de Karim Wade. « On vous reproche de manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles politiques graves, à enfreindre les lois du pays, tenus par voie de presse le 15 mars 2015 à Guédiawaye. Des faits punis par les articles 80 et 254 du Code pénal. Est-ce que vous reconnaissez les faits », a dit le Président à Me Sall. « Je laisse le soin à mes avocats. Ils vont se prononcer. J’ai entendu les faits, je ne les conteste pas, mais je conteste la qualification qui en est faite », a répondu Me Amadou Sall. Cependant, les conseils du mis en cause ont préféré demander le renvoi. Le motif évoqué est le décès de Me Mohamed Selim Jank survenu, avant-hier. Sur ces entrefaites, la robe a formulé une demande de mise en liberté provisoire pour leur client qui a été en prison pendant 3 mois.

Le parquet approuve la demande formulée par la défense

Premier à se présenter à la barre, Me Ousseynou Fall à fustiger la longue détention préventive de son confrère. « Cette banalité est d’une banalité déconcertante. Me Amadou Sall n’est pas n’importe qui dans ce pays. Il fut ministre de Justice dans ce pays et il a sa famille à Dakar. Nous avons fait bloc pour solliciter sa liberté », a plaidé l’avocat de la défense. Me Fall poursuit : « on vous connait croyant, musulman. En ce mois béni de ramadan, nous sollicitons votre clémence pour la mise en liberté provisoire de notre client et confrère ». Me Oumy Sow va suivre la même logique que son prédécesseur arguant qu’Amadou Sall dispose toutes les garanties nécessaires pour bénéficier d’une liberté provisoire. « Cette longue détention commence à impacter sur sa vie professionnelle. Ses clients commencent à partir. Les propos qui ont été tenues ne sont plus d’actualité. En outre, sa mise en liberté provisoire n’est pas susceptible de causer un trouble à l’ordre public et ne peut pas entrainer une collision avec les témoins ». Invités à prendre la parole à la suite de leurs confrères, les autres avocats de la défense se sont rapportés aux plaidoiries de leurs deux confrères. De son coté, le représentant du ministère public a approuvé la demande de mise en liberté provisoire formulée par les avocats de la défense. Le Président de la Cour d’appel va donc ordonner la mise en liberté provisoire de Me Amadou Sall.

Cheikh Moussa SARR

Share This:

À voir aussi

ATTAQUE DE TOUTES PARTS, Y COMPRIS DANS SON CAMP Aliou Sall, le ventre mou du « Macky »

Aliou Sall ne cesse d’être au centre des polémiques de toutes sortes depuis l’arrivée de …