ACTUALITE

OPÉRATION DE COMMUNICATION RÉUSSIE Pleins feux sur Idy

  • Date: 4 juillet 2016

La dernière sortie du leader du parti Rewmi, Idrissa Seck, sur les conditions de la libération de Karim Wade n’a pas laissé un seul partisan de Macky Sall indiffèrent.

Les déclarations se sont suivies plus acerbes les unes que les autres. Pleins feux sur Idy, on aurait pu dire. Les salves de missiles ne cessent de tomber sur l’homme politique qui a volontairement ouvert les hostilités au nom d’une stratégie de communication qui donne, petit-à-petit, ses fruits.

Qu’en est-il ?

L’ancien Premier ministre a froidement analysé le contexte politique actuel marqué, notamment, par la libération de Karim et le rapprochement annoncé entre libéraux du Parti démocratique sénégalais (Pds) et apéristes de Macky Sall. Il s’est, en effet, rendu compte que le plus grand parti de l’opposition sur le papier a subi une pression pour ne pas dire une répression qui a abouti à des difficultés réelles tant du pont de vue de sa restructuration que du point de vue de sa massification. Eh bien, depuis sa défaite, le Pds ne s’est occupé que de se défendre dans le cadre de la traque des biens mal acquis mais aussi des procès pour offense au chef de l’État, diffusion de fausses nouvelles, etc.

Macky est parvenu à distraire Me Wade au point de le pousser à ne s’occuper que de la libération de son fils. Aujourd’hui, Idrissa Seck sait qu’il y a une place à prendre. Celle de leader de l’opposition. Il est conscient du fait qu’il faut quelqu’un pour incarner la ligne dure de l’opposition. Alors, il a profité de l’occasion de cette nébuleuse libération que nous avons qualifiée de « grâce conditionnelle » pour dominer le terrain sensible et névralgique de la communication. Les mots choisis ont été durs dans le but de pousser l’adversaire à sortir de sa réserve. Eh bien, c’est ce qui s’est passé. Les réactions ne se sont pas fait attendre. On n’a pas assisté d’ailleurs,  à une nonchalance des apéristes comme Macky se plait à le leur reprocher. Les partisans du président de la République sont partis au charbon pour le défendre, avec hargne. Et de quelle manière. Mais c’est justement là, l’effet recherché par Idy. Être sous les feux projecteurs des attaques du camp du pouvoir lui facilite la voix vers le fauteuil de chef de file de l’opposition.

Dans le souci de défendre leur président, les apéristes poussent l’opinion à se focaliser sur Idy. Ce dernier est en train de réussir à convaincre qu’il incarne la vraie opposition, celle-là qui se soucie des citoyens sénégalais laissés pour compte dans le cadre de « deals » qui l’isolent davantage. Et Idy est d’autant plus à l’aise dans cette tâche que l’espoir qu’il a toujours nourri de contrôler le Pds semble avoir été déjoué par Macky qui, contre toute attente, a réussi le rapprochement avec le Pape du Sopi. C’est pourquoi, il a aussi tiré à boulets rouges sur le Pds.

Il reste, cependant, à Idy de faire davantage de Rewmi, un parti de masse avec l’émergence d’un leadership local et interne qui l’exempt d’être, avec certains proches comme Thierno Bocoum et Déthié Fall, toujours, au premier plan. Mieux, ces sorties ne peuvent pas connaitre des intermèdes. La politique a horreur du vide. Si Idy veut vraiment capitaliser les effets de cette stratégie de communication qui n’est pas nouvelle, il faudra tirer les leçons du passé en évitant surtout de les faire précéder par de longs silences. Être plus proche des populations et de leurs préoccupations, travailler à assoir les conditions d’une véritable communication interne dans le parti source de frustrations et de départs, cultiver l’émergence d’un leadership local, instaurer les conditions d’une communication externe pérenne sur les problèmes de l’heure, voilà ce qu’il lui faudra pour mieux faire face à Macky.

Assane Samb

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15