une craque-1

OPÉRATION DE SÉDUCTION DES HOMMES EN TENUE Comment font-ils craquer les femmes

La tenue suscite-t-elle autant un mystère. Car, elles sont nombreuses les femmes qui aimeraient avoir un homme en uniforme pour époux. À cause de cette bonne poignée d’humanisme, cette grande cuillère de protection et cette bonne dose d’élégance… Le seul hic est que ces messieurs sont souvent polygames. Et leur emploi du temps, leurs carnets d’adresses sont autant de petites choses avec lesquelles il faudra conjuguer.
C’est toujours le grand défilé dans les casernes lors des matches de football ou autres cérémonies. Nos hommes de tenue sous le soleil font craquer, pleurer… Mais ce sont aussi des personnes au grand cśur, un humanisme à nul autre pareil, qui protègent. Et quand ils sont sur leur trente et un, ils battent beaucoup de monde à l’applaudimètre. Lorsque l’on voit certains auprès des autorités, on se met juste à la place de celles-ci. En costumes, treillis ou tenues de sport, tout un choix… Ce sont d’abord de jeunes célibataires qui tombent sous le charme. « Je préfère ceux qui sont dans la garde rapprochée, bodyguard, comme dans les films. Vous n’avez plus à avoir peur. Vous êtes bien en sécurité. Ce sont des personnes qui ne se battent pas. Elles savent persuader les plus difficiles. Rien qu’avec un regard. C’est cela qui me plaît », confie cette jeune dame.
Sous le couvert de l’anonymat, cette femme mariée depuis 30 ans, à un homme de tenue raconte : « J’ai rencontré mon mari comme par hasard. Il était à la recherche d’un de ses parents. Tout de suite, je l’ai apprécié à cause de son humour. J’avais un peu peur de cet inconnu, dans sa tenue. C’est quand je lui ai indiqué la maison que j’ai senti mon cśur battre. Je ne pouvais oublier son regard. Finalement, il est devenu plus fréquent dans notre quartier. Il a été affecté juste pour une mission. J’étais devenue une sśur pour lui, ensuite son épouse. En tout cas, je ne regrette rien. Il s’occupe bien de sa petite famille et reste toujours ce frère qui ne s’énerve presque pas. Du moins rarement. Son boulot, c’est sa première famille et je l’aide de mon mieux. Beaucoup de ses amis sont des polygames, mais je sais qu’ils l’ont fait sous la contrainte. Les temps sont durs et beaucoup de femmes n’ont plus cette culture d’être femme au foyer, de bien s’occuper de la maison, etc. »

Il faut savoir les gérer

Awa Dia qui exerce une profession libérale a toujours voulu avoir un homme de tenue pour mari. « J’habitais dans une caserne. Et je les voyais au quotidien. Un rêve de jeune fille qui s’est réalisé. Mais je voulais avoir un gradé pour au moins l’avoir plus souvent. Certaines femmes pensent que je suis matérialiste. Mais que nenni. C’est un époux très calme qui est, par ailleurs, casanier. Quand il porte la tenue, je me pâme d’amour si bien que je collectionne ses photos comme pas possible. Puisque c’est un beau gosse, noir d’ébène, je suis jalouse à cause des personnes qu’il côtoie au quotidien. Mais comme je suis issue d’une famille polygame, je me suis faite une idée. À la fin du mois, il s’occupe du ravitaillement, des frais de scolarité des enfants. Heureusement qu’il n’aime pas les mondanités. Ces hommes en tenue signent souvent polygames pour que l’on se surpasse », raconte-t-elle.
Quant à Néné, la trentaine, elle se laisse aller à des confidences : « Mon mari est un homme que toutes les femmes aimeraient avoir. Je touche du bois. Non seulement il est fringant et élégant, mais voilà quelqu’un de tellement humain que je n’ose pas le présenter. Il vous met à l’aise, partage avec toute personne qu’il croise le peu qu’il a et s’occupe de toutes vos paperasses administratives, sans hésiter. C’est la nuit que je suis dans tous mes états. C’est comme s’il était le seul sur terre tant il est aussi sollicité ». Et de renchérir : « J’ai un homme qui devait être dans l’humanitaire. Un jour, je voulais des fruits. Non seulement, il n’est pas venu avec tout ce que je lui avais commandé, mais il a aussi payé pour le fils d’un de ses amis. Aujourd’hui, il ne veut pas que j’aille le voir à son bureau. Parce que je risque d’y croiser des femmes terribles. Il me raconte souvent que certaines ne viennent pas pour affaires, mais sûrement pour chercher chaussure à leurs pieds. Les hommes en tenue sont des hommes avec qui il faut être tolérant ».

Ndèye DIAW

Voir aussi

direc

Cojer- Macky Sall confirme Thérèse Faye jusqu’en 2019

Le Prèsident de la République a présidé ce samedi, en sa qualité de secrétaire général …