People

Oscar Pisto­rius: « J’ai pris la vie de Reeva et je dois vivre avec ça »

  • Date: 27 juin 2016

Dans l’attente du dernier verdict portant sur la durée de son incar­cé­ra­tion, le 6 juillet, Oscar Pisto­rius a accordé un entre­tien à la chaîne britan­nique ITV. Il est revenu, très ému, sur les circons­tances du drame ayant entraîné la mort de sa compagne, Reeva Steen­kamp, et a estimé qu’elle n’aurait pas voulu qu’il aille en prison.

 

Il est condamné, et plus rien ne pourra l’empê­cher d’aller séjour­ner en prison pour le meurtre de sa compagne Reeva Steen­kamp. Oscar Pisto­rius sera fixé sur la durée de sa peine de prison le 6 juillet prochain. Lors de son ultime audience, il avait prétexté être dans un état psycho­lo­gique trop faible pour témoi­gner devant le tribu­nal. Cet argu­ment avait été balayé le procu­reur Gerrie Nel, souli­gnant qu’il avait accordé une inter­view télé­vi­sée. Cet entre­tien a été diffu­sée ce vendredi sur la chaîne britan­nique ITV, et les témoi­gnages d’Oscar Pisto­rius devraient de nouveau faire réagir.

L’ex-cham­pion para­lym­pique raconte d’abord les circons­tances du drame. Le soir de la Saint-Valen­tin, il aurait ressenti « une peur instan­ta­née » alors qu’il pensait qu’un cambrio­leur s’était intro­duit chez lui. Cette peur le pousse à prendre son arme, comme un réflexe.

« Soudai­ne­ment, j’ai entendu un bruit venant des toilettes. J’ai supposé que c’était la porte des toilettes qui s’ouvrait et avant même de m’en rendre compte j’avais tiré quatre coups. J’ai ouvert la porte et j’ai tout de suite vu Reeva sur les toilettes. J’ai su qu’elle était morte, je me suis mis à genoux et l’ai serrée contre moi »

Voilà pour les expli­ca­tions. Mais Oscar Pisto­rius va plus loin. Très ému, la tête bais­sée la plupart du temps, les mains sur le front, Pisto­rius fait cette décla­ra­tion, à l’atten­tion de la famille de Reeva Steen­kamp, qui l’avait attaqué lors du procès.

 « J’ai pris la vie de Reeva et je dois vivre avec ça. Je sens encore le sang, je sens la chaleur (ndlr: du sang) sur mes mains. Je comprends la souf­france des gens qui l’ont aimée et à qui elle manque. Je ressens la même douleur, la même haine envers moi-même. (…)  Reeva était une personne fantas­tique, mais si les gens pensent que je l’ai volon­tai­re­ment tuée, ce qui n’a jamais été établi, alors c’est très triste. « 

Triste, comme son avenir en prison. Il estime n’avoir rien à y faire. « Je ne veux pas retour­ner en prison. Je ne veux pas gâcher ma vie là-bas. » Il se verrait mieux dans des centres d’aides, à réali­ser des sortes de travaux d’inté­rêt géné­ral. Et pour plai­der cette forme de condam­na­tion, il donne cet argu­ment éton­nant:

« Si j’avais l’occa­sion de me rache­ter, j’aime­rais aider les plus défa­vo­ri­sés. Je crois que si Reeva me regarde, elle voudrait que je vive cette vie-là. »

Il n’est pas certain que nommer et faire parler sa victime soit une bonne stra­té­gie pour Oscar Pisto­rius, qui devrait de nouveau atti­ser la colère de ses accu­sa­teurs. Lui qui est déjà victime d’insultes lorsqu’il fait ses courses, comme il le raconte, pour­rait in fine se retrou­ver plus en sécu­rité à l’inté­rieur de la prison. Le 6 juillet, il pour­rait, selon les réqui­si­tions du Parquet, écoper de quinze années de prison. Une peine qui peut être allé­gée, selon la bonne volonté des juges.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15