Accueil / ECONOMIE / Oumar Guèye  » l’aquaculture contribue à hauteur de 49, 8%
Ministre de la pêche et de l'économie maritime.

Oumar Guèye  » l’aquaculture contribue à hauteur de 49, 8%

« L’aquaculture doit jouer un rôle central dans le renforcement de la sécurité alimentaire ainsi que la création de richesses et emploi. Le sous-secteur de l’aquaculture constitue aujourd’hui une alternative durable à la pêche de capture qui traverse une situation difficile malgré son importance dans notre économie », a déclaré Oumar Guèye. Il présidait à Saly-Portudal, le démarrage des travaux d’un atelier sur l’harmonisation et la rationalisation des interventions et le financement de l’aquaculture ». Au Sénégal, poursuit le ministre, les exportations des produits halieutiques sont estimées, en 2013, à 178 273 tonnes pour une valeur d’environ 197 milliards de franc cfa, selon le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime. La consommation per capita est de 26 kg par habitant et par an. Ces données relatives à la consommation nationale, supérieure à la moyenne mondiale, estimée à 19,7 kg par habitant et par an, justifient l’urgence à accélérer le développement de l’aquaculture au Sénégal ». Il a ajouté que sur une production mondiale de 70,2 millions de tonnes de poissons en 2013, évaluée à 151 milliards de dollars de chiffres d’affaires, l’aquaculture contribue à hauteur de 49, 8%. Le ministre a souligné que même si les résultats obtenus sont en-deçà des objectifs fixés par le Sénégal, les prévisions établissent les besoins à 50 millions de tonnes supplémentaires d’ici à 2030 pour maintenir la consommation mondiale par habitant à son niveau actuel qui est de 19,7 kg dont 9,8 kg sont assurés par l’aquaculture M. Guèye a relevé que l’Afrique ne contribue qu’à hauteur de 2,3% de la production aquacole mondiale mais enregistre le taux de croissance annuel le plus élevé qui est de 13,3% entre 1980 et 2013, suivie de l’Asie avec 9,1% avec une part contributive de plus de 89% à la production aquacole mondiale « . Ces chiffres confirment l’importance très stratégique de l’aquaculture dans un monde qui fait face à la stagnation des pêches de capture, à une démographie croissante et aux effets des changements climatiques, a souligné le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime.

Rewmi.com/FBF

 

Share This:

À voir aussi

DIAGNOSTIC DES EXPLOITATIONS FAMILIALES L’autoconsommation estimée à moins de 2% à Dakar

La CICODEV a organisé, hier à Dakar, une session de partage et de validation des …