ACTUALITE

Oumar Maal à la tête de la DGPN – Les attentes des troupes- les chantier de la Police

  • Date: 16 octobre 2015

S’il fait l’unanimité, par rapport à sa maîtrise des arcanes de la police nationale, le nouveau DG de la police est attendu sur de nombreux chantiers. En plus, les troupes demandent qu’on lui donne les moyens de réussir sa mission.

C’est connu, dans certains corps constitués, il est difficile de recueillir certaines informations. La police ne déroge pas à cette règle. Vingt-quatre heures après la nomination du commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle Oumar Maal à la tête de la police nationale, EnQuête a fait le tour de certains postes et commissariats de police.

Difficile d’y trouver un interlocuteur. « Avec tout le respect que je vous dois, je ne saurais rien vous dire sur cette nomination » ; « Ah ! M. le journaliste, circulez ! car parler n’est pas notre fort ». « On est une corporation organisée. On ne parle qu’avec l’autorisation de la hiérarchie ». Voilà un florilège des réponses obtenues auprès de hauts gradés et inspecteurs de police.

Néanmoins, certains ont accepté de parler, à certaines conditions : l’anonymat et loin des indiscrétions. Ils se sont prononcés sur leurs attentes et les écueils que leur nouveau boss doit éviter pour espérer blanchir son harnais à la tête de la police.

Ainsi, un haut gradé de la police, qui a accepté de se confier, souligne que le Commissaire Maal est un bagarreur qui maîtrise les rouages de la police. Ainsi, si on lui donne les moyens, il va réussir sa mission qui consiste à relever le défi de l’insécurité, mais aussi d’installer la peur du côté des malfaiteurs.

« Il est un homme intelligent. Il est très expérimenté, pour avoir fait presque tous les commissariats de police du Sénégal. Il peut apporter sa touche au niveau de la police sénégalaise. Il est entreprenant et a fait du terrain. Il maîtrise la corporation », confie notre interlocuteur. Qui ajoute : « Il sait où se trouve le mal. Si on lui donne les moyens nécessaires, il fera du bon travail. »

Mettre fin à l’injustice dans les affectations 

Un officier de la très discrète Division de la surveillance territoriale (DST), le service des renseignements généraux, invite lui le commissaire Maal à éviter les erreurs de gestion de son prédécesseur Anna Sémou Faye qui lui ont coûté son poste.

« Personne ne veut plus être affecté à la DST. Les agents ne sont pas motivés. D’ailleurs, c’est à cause de cela qu’Anna a été limogée. Car elle avait négligé la DST qui est un maillon important de la sécurité du pays. Vous savez, l’Etat n’a pas besoin qu’on lui dise : tant de personnes ont été déférées. Au contraire, il a besoin d’un bon système de renseignements généraux, pour pouvoir faire une bonne politique d’anticipation », note ce gradé de la DST.

Il demande au nouveau DG de doter de moyens logistiques et de motiver les agents de la DST pour leur permettre de réussir leur mission. « Le commissaire Maal fait partie des meilleurs de sa génération et il aime la police. Il a un amour fou pour cette corporation. Il n’a qu’à motiver ses agents et il va s’en sortir. Il faut aussi qu’il fouille ce qui se passe avec les affectations, car il y a des agents qui sont dans un même endroit pendant plus de 10 ans. Alors que d’autres circulent comme ils veulent. C’est une injustice à laquelle il doit mettre un terme », conclut notre interlocuteur.

« Les missions se font sur la base de la proximité et par affinité » 

C’est connu, tout n’est pas rose au sein de la police où la question des missions et des affectations cristallise les frustrations.

« On n’a pas l’habitude de parler, car notre corporation nous l’interdit, mais il y a beaucoup de choses et pas du tout catholique qui se passe au sein de la police nationale. Les missions se font sur la base de la proximité et par affinité parentale ou autres. Même les affectations ne se font pas sur la base du mérite. On n’attend du nouveau DG qu’il affecte les personnes qu’il faut aux postes qu’il faut. Il y a des commissaires qui sont dans des zones où il n’y a aucun enjeu, au moment où existent des zones tristement célèbres à cause de l’insécurité. Qu’on mette les bons agents dans les endroits qu’il faut ».

Enquête

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15