Accueil / ACTUALITES / Oumar Maal dans le collimateur des faucons au palais le DG de la Police sauvé par le Ministre de l’Intérieur

Oumar Maal dans le collimateur des faucons au palais le DG de la Police sauvé par le Ministre de l’Intérieur

REWMI.COM- Le Directeur général de la police nationale (DGPN), Oumar Maal, a failli perdre son poste. Nos sources nous révèlent que lors d’une réunion qui s’est tenue avant-hier à 2 heures du matin au Palais de la République, la possibilité de son limogeage a été au menu.

Une partie des hautes autorités présentes a estimé que le Dg de la Police nationale a failli à sa mission. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est la mort tragique de 8 personnes au stade Demba Diop et la centaine de blessés dont certains sont dans un état critique.

Certes, le Procureur de la République, dans son « réquisitoire » face à la Presse le même jour, avait lavé à grande eau la Police nationale en mettant surtout en cause l’esprit de fair-play qui a fait défaut de la part de supporters déchainés, mais tout le monde dans l’appareil d’Etat ne perçoit pas les choses de cette manière.

Certains ont estimé que le déploiement sécuritaire de la Police n’a pas été des meilleurs, mettant le pays dans une situation de tension sociale grave dans un contexte d’élection.

Pis, l’insécurité aurait gagné du terrain dans les quartiers et autres localités du pays malgré les bonnes intentions exprimées par le Directeur de la Police lors de sa prise de fonction en octobre 2015.

C’est du moins l’avis de ceux qui, ce jour, avaient réclamé la tête du DGPN. Et d’après nos sources, le Président de la République n’a pas été insensible à ces arguments. D’autant plus qu’en général, en cas de tension sociale grave, le limogeage de hauts responsables comme fusibles est souvent une façon de faire baisser la tension.

Mais, ce serait le Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo qui aurait désamorcé la bombe. Entretenant de bonnes relations avec Maal qui était auparavant Directeur de la sécurité publique, il a estimé que le moment n’est pas opportun.

Le Ministre a fait état du fait qu’il faut au moins attendre le mois de septembre pour procéder à des changements. A ce moment-là, il y aura un inévitable remaniement, lequel sera dicté par les résultats des législatives. Mieux, toute l’administration territoriale sera chamboulée à Dakar notamment, et nombre de Directions verront leurs Dg remerciés. Ce sera seulement à ce moment que le sort d’Oumar Maal pourrait être examiné de près comme il en sera de tous les autres à la tête des Directions.

Bilan « positif »

Pourtant, si l’on y regarde de près, le bilan d’Oumar Maal à la tête de la Police est loin d’être négatif. Des chiffres rendus publics par le DG lui-même et comparant la criminalité «de 2015 et de 2016, il ressort qu’il y a une nette amélioration s’agissant des opérations de sécurisation, le trafic et l’usage de drogue, le vol avec violence, les vols d’engins à deux roues et les demandes d’interventions ».

Ainsi, dans le cadre des opérations de sécurisation, 41 993 personnes ont été interpellées dont 525 étrangers. En 2016, pour le même motif, 49 951 interpellations ont eu lieu dont 387 étrangers. En faisant la comparaison, il note qu’il y a eu une hausse de 15,81% des interpellations et une baisse pour le nombre d’étrangers interpellés.

En ce qui concerne le trafic et l’usage de drogue, 3 955 personnes ont été interpellées en 2015 pour 956 étrangers et 4 473 dont 766 étrangers en 2016, soit une hausse de 11,56%.

Quid des vols avec violence, la situation est en baisse. En 2015, la Police a recensé 224 cas. En 2016, elle n’a noté que 197, soit une baisse de 12,5%. La même tendance a été notée sur les cambriolages, avec 107 cas en 2015 et 19 en 2016, soit une baisse de 71,64%.

S’agissant des vols d’autos et engins à deux roues, 15 cas ont été répertoriés en 2015 et 7 en 2016, soit une baisse de 53,33%.

Pour les demandes d’interventions, il y a 37 850 en 2015 et 35 478 en 2016, soit une baisse de 6,26%.

Il convient également de souligner que le DGPN n’a pas hésité à communiquer à chaque fois que de besoin sur les problèmes de la Police, mettant parfois lourdement en cause la responsabilité de ses éléments. Il n’a pas ainsi hésité à dénoncer des comportements qui ont pour noms abus d’autorité manifeste, attitudes provocatrices, arrogance ou encore violence de la part des policiers eux-mêmes.

Sur le sentiment d’insécurité en vogue, il a préféré parler de « violence domestique » pour laquelle les policiers n’ont pas un don d’ubiquité leur permettant d’être à chaque fois présents et de réagir promptement. Il a ainsi fait le distinguo entre insécurité réelle et sentiment d’insécurité, appelant plutôt la population à être l’auxiliaire de la Police en tentant, par exemple, de l’alerter le plus tôt possible par tous les moyens appropriés.

N’empêche, ce qui s’est passé à Demba Diop doit fait l’objet d’une enquête minutieuse avec la responsabilité exacte des forces de sécurité, des autres acteurs et des supporters.

Personne ne peut être disculpé « a priori ».

Rappelons qu’Oumar Maal avait remplacé Anna Sémou Diouf à la tête de la Police après que la nomination du Commissaire Abdoulaye Niang a fait l’objet de polémique avec les déclarations de son collègue Cheikhna Keita.

Assane Samb/Rewmi quotidien

À voir aussi

Les affres du ‘’Petrogate’’ 

Watergate, Irangate et j’en passe. Ils sont nombreux les scandales qui ont été éventrés par …

La nouvelle vie du ministre Mary Teuw Niane

le Pr Mary Teuw Niane, ancien ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de …