29 novembre, 2014
Accueil » Contributions » Ousmane, Il y a six ans…. (Par Clarence Thomas DELGADO)

Ousmane, Il y a six ans…. (Par Clarence Thomas DELGADO)

Voilà six (6) ans déjà que nous vivons avec cette absence. Eloignés du mythique Ousmane Sembene pour toujours, chaque jour est souffrance. La flamme de l’amour brûlera éternellement dans nos cœurs, l’éffacement de ce lien par la mort n’est qu’un simple leurre.

Les jours passent et les liens d’antan laissent place à la nostalgie. Son souvenir sera éternellement présent dans nos esprits. Dans nos cœurs à tout jamais, il gardera une grande place. Il me revient aujourd’hui un souvenir très vivace tiré d’un événement auquel Ousmane et moi avions pris part. Ousmane Sembene était invité en 2005 au Festival international du Film de Cannes où il avait donné sa Leçon de cinéma devant un parterre de qualité.

Ce souvenir me revient aujourd’hui, surtout pour l’honneur ressenti par nous tous, cinéastes africains, parce qu’il avait parlé non pour lui seul mais s’était fait porte-parole pour nous tous. Il nous avait dit le sens de son action artistique et cinématographique, la complexité du  » Double rôle  » dont il parlait souvent, les deux pôles de public très différents auxquels il s’adresse en même temps : Le public africain et le public du reste du monde, ce sont les points focaux du dilemme du cinéaste africain.

D’un côté, le cinéma  » Ecole du Soir  » qui doit aider à l’émancipation et à l éveil des peuples, spoliés, asservis, à ceux qu’on ne cesse de mentir. Des peuples dont le poids et le sens des traditions doivent être sans cesse remis en cause.

De l’autre, donner une meilleure image de l’Afrique, combattre les stéréotypes, les caricatures de l’Africain dans le cinéma et le regard des occidentaux.  » Le paysage africain  » comme décor, et les indigènes comme figurants. C’est un dilemme auquel il faut ajouter les difficultés à montrer ses films en Afrique…

Je pense qu’on doit à chaque occasion rappeler cette vérité aux  » cinéastes du reste du monde pour qu’ils comprennent bien que leur tâche est plus facile. Ousmane Sembene était pétri d’humanisme, d’une grande rigueur intellectuelle, il constitue sans doute un repère sûr pour la jeunesse et une fierté pour toute l’Afrique.

C’est pourquoi, conscient de sa dimension nous devons revisiter son œuvre et sa vie à travers sa riche filmographie et une grande exposition de ses livres, car un homme de son envergure mérite d’être fêté par tout un peuple, toute une nation. L’Afrique et l’Art ont été ses passions et il savait bien les défendre. Il disait, à juste tire, en réponse à la faible représentation du cinéma africain aux Festivals Internationaux de Film tels que Cannes, Venise et Berlin…

 » C’est à nous de créer nos valeurs, de les reconnaître, de les transporter à travers le monde ; nous sommes notre propre Lumière ». Ousmane Sembene fait désormais partie du panthéon des grands hommes qui continueront à marquer des générations d’hommes et de femmes et d’inspirer les créateurs, quel que soit leur art.

Merci pour tout Ousmane!

A toi l’Aîné des Anciens, Merci

Clarence Thomas DELGADO

Cinéaste