Accueil / ACTUALITES / OUSMANE NGOM ET SES PROCHES RÉPLIQUENT À MAMA DIOP « C’est un  maître chanteur »

OUSMANE NGOM ET SES PROCHES RÉPLIQUENT À MAMA DIOP « C’est un  maître chanteur »

On les savait ennemis. Ils sont désormais en guerre. Attaqué par le père de Feu l’étudiant Mamadou Diop l’ancien ministre de l’Intérieur sous Wade ne reste pas désarmé et muet. Poussé dans les cordes par le papa de feu Mamadou Diop, Ousmane Ngom, via ses proches, a pondu un communiqué pour se défendre des éternelles accusations de Mama Diop,  père du défunt étudiant tué lors des manifestations pré-électorales de 2012.

La charge est lourde et porte les empreintes des proches de Me Ousmane Ngom. « Mama Diop, père de Mamadou Diop, un adepte de la supercherie et de la malversation  n’a de leçon à ne donner à personne, qu’il se taise ! ». Mais, s’interroge ledit communiqué, « comment comprendre qu’un homme qui a fait de la mort de son fils une aubaine, un véritable filon d’enrichissement pour combler l’échec d’une carrière passée sous les drapeaux de la gendarmerie nationale qu’il a déshonorée par des malversations avérées et connues peut-il s’offrir en spectacle de cette manière ? » Poursuivant son réquisitoire, l’ancien premier flic du Sénégal via ses proches explique : « N’est-ce pas le même  Mama Diop, adepte du gain facile, qui s’était embarqué par la suite dans le circuit mafieux d’une gigantesque escroquerie aux visas au point de se faire condamner par la justice ? » Dans un texte empreint d’acide, les proches de Ousmane Ngom renchérissent : « Il fut alors condamné à  quatre ans de prison ferme (4 ans) dont une diligence lui permit de passer les deux (2) dernières années à Liberté 6 après son séjour initiatique dans le bouillon du bagne de Reubeuss ! ».  Et ses affidés de l’ancien ministre de l’Intérieur d’en rajouter cette couche : « On retient de Mama Diop, le triste souvenir de ce gendarme qui, vers les années 1990, alors balloté dans des malversations à travers des histoires de fraude avait été relevé de la brigade de Kaffrine placée sous la direction du jeune commandant Barame Kairé. » Ses « amis » du ministre Ousmane Ngom vont même se tailler une cible au sein du Gouvernement : « Prompts à vomir leur méchanceté à l’endroit de Me Ngom qui dérange, les imposteurs feutrés dans la République sont déjà montés sur leurs grands chevaux pour donner des leçons de morale satanique ». Pour ces derniers, il est en tout cas loisible à Me Ngom pour l’accusation gratuite portée contre lui par Mama Diop pour le meurtre de son fils. Mais si  cela se réalisait, disent-ils, ce serait peut-être un pactole de 50 millions de francs Cfa que l’ex ministre de l’Intérieur aurait réclamé à son accusateur pour le rétribuer à la progéniture.

Mouhamadou BA

Share This:

À voir aussi

GO : La France a voté sans observateurs étrangers

Pour une fois, on pouvait les dépanner, mais les Gaulois ne veulent pas. C’est nos …