ousmane-sonko

Et si on en parlait… Ousmane Sonko : cet homme devient ‘’dangereux’’ pour Macky

Personne ne connaissait cet homme il y a deux ans. Il a simplement joui de ses droits de citoyen et s’est engagé dans l’arène politique en créant un parti. Ses récentes sorties ont amené le très rustre Moustapha Diakhaté, Président du Groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar à suggérer sa radiation de la Direction des Impôts et Domaines.

Mais Ousmane Sonko est resté imperturbable et plus tenace. Comme les Ministres Amadou Ba et Abdoulaye Daouda Diallo qui sont des Inspecteurs des Impôts engagés en politique, il est aussi Inspecteur des Impôts engagé en politique. Son droit de faire la politique est conséquemment immuable.

Mais il devient pour Macky Sall un danger. Il a mis à nu les transgressions fiscales de l’Assemblée nationale, un scandale effroyable provenant d’une Institution de la République. Mais il n’a pas encore fini. Tout indique qu’il dira encore plus et plus grave. Inspecteur des Impôts, il en sait beaucoup et beaucoup. Il a un parti, PASTEF. Il est de l’opposition. Ebranler le régime actuel est une ambition légitime pour lui. Il a des armes que les autres partis n’ont pas : la maîtrise du fonctionnement fiscal sénégalais qui ne relève que de la connaissance experte et la certitude de ce qu’il déballe parce qu’étant au cœur du système.

Par nature, un Etat partisan a des rapports délicats avec la fiscalité gérée selon des clivages politiques et des volitions jamais dites en publiques. Les infractions, les violations de la loi et les graves écarts ne peuvent conséquemment pas manquer.

A le suivre, on découvre en lui un buffle dans l’arène qui prend le temps de reculer avant de donner un coup fatal qui blesse. Son parti ne pèse rien du tout. Il ne peut bouleverser l’électorat. Mais sa parole diaphane, foudroyante et grave a des effets dans la conscience publique. Il est comme une mouche qui coche. Il est dangereux pour Macky Sall et les Sénégalais en sauront quelque chose les mois qui viennent.

Il n’hésite pas à dire ce qu’il pense ou à dénoncer spontanément les impaires qu’il découvre étant un perfectionniste. C’est un homme qui n’aime pas l’autorité. C’est pourquoi les répliques inintelligentes de Moustapha Diakhaté l’ont galvanisé.

Le gouvernement envisagerait de le sanctionner pour son toupet de dénoncer le non-paiement de l’impôt par l’Assemblée nationale. Mais ce serait le projeter de l’avant, faire circuler son nom dans l’arène politique et lui donner une renommée sur la scène internationale car ce serait une forfaiture de le sanctionner pour avoir déballé une imposture.

Déjà, un Comité de soutien à sa personne serait crée en France. Et si jamais une sanction interviendrait, ce ne serait point contre un Inspecteur des Impôts, mais contre un homme politique. Quelle que soit la suite, l’Etat lâcherait du lest. Des pressions nationales et internationales pèseraient. Un déballage gravissime contre le régime de Macky Sall risque de s’en suivre.

Macky Sall ne peut être au four et au moulin. Il n’a jamais été au courant du non-paiement de l’impôt par l’Assemblée nationale. Et il a fallu le déballage de Ousmane Sonko pour qu’il en soit informé et instruire une correction immédiate de la forfaiture.

Mais ce n’est pas l’apothéose. Cet Ousmane Sonko n’en en pas encore fini et les apéristes se rendront bientôt compte du danger qu’il represente.

Le Piroguier

Voir aussi

dionne-valls

FINANCEMENT DU PLAN SENEGAL EMERGENT 317 MILLIARDS DE F CFA D’APPORT DE LA FRANCE DEPUIS 2014

Le Premier ministre français Manuel Valls, en visite à Dakar depuis  jeudi,  et son homologue …

One comment

  1. Ce n’est pas en France seulement qu’il a un comité de soutien, en Casamance aussi des comités de soutien à lui poussent partout comme des champignons, depuis son passage à l’émission heure de vérité de sud-FM Ziguinchor il est devenu la coqueluche des populations qui voient en lui l’homme politique que la Casamance attendait depuis que Robert Sagna a commencé à se diriger vers la porte de sortie de l’arène politique, la plupart des cadres de la région (y compris ceux militant déjà dans des partis) sont prêts à le soutenir, certains l’ont même déjà rejoint, et à Ziguinchor les populations lui tendent leurs mains pour qu’il vienne prendre la mairie dés 2019.