Accueil / POLITIQUE / Ousmane Tanor Dieng :«Le pouvoir mène une campagne de désinformation et d’intoxication»

Ousmane Tanor Dieng :«Le pouvoir mène une campagne de désinformation et d’intoxication»

Une délégation du Front « Siggil Sénégal » conduite par le patron du Parti socialiste, M. Ousmane Tanor Dieng était à Joal Fadiouth hier mercredi dans le cadre de sa tournée de sensibilisation des populations sur le pourquoi de son boycott des élections législatives à venir.

Source : Le Matin

Le Premier secrétaire du Parti socialiste a présidé, hier une réunion à Joal Fadiouth dans la salle Simon Fall pleine comme un œuf. Face à l’assistance, M. Ousmane Tanor Dieng a eu ces mots : « Nous sommes ce matin à Joal pour poursuivre l’action de mobilisation et de sensibilisation sur notre position. Depuis que nous avons annoncé notre décision de boycott des élections législatives, le pouvoir mène une campagne de désinformation et d’intoxication.

C’est pourquoi, nous avons jugé utile de nous expliquer auprès des populations ». Dans la foulée, le partisan des Amath Dansokho et compagnie a déclaré que « la dernière élection présidentielle a été frauduleuse car le fichier électoral était piégé ». Et d’expliquer : « Sur la simple présentation d’un extrait de naissance il y a eu plus de 500.000 étrangers qui se sont inscrits sur les listes électorales. L’authentification du vote n’a pas eu lieu, le vote multiple a été de mise, le vote militaire a été opaque. C’est pourquoi nous voulons partir à nouveau ».

Selon Ousmane Tanor Dieng, « Ce que nous voulons c’est convaincre les Sénégalais que c’est au nom de la démocratie que nous avons pris cette décision de boycott. Nous ne pouvons pas crédibiliser un scrutin dont nous savons d’avance les résultats. Nous n’y trouvons pas d’intérêt et cela n’a aucun sens. Nous avons saisi Me Abdoulaye Wade pour une concertation. Il ne nous a pas répondu. C’est Ousmane Ngom qui nous a répondu en nous envoyant des injures. Jusqu’à présent, il ne répond pas malgré les médiations ».

À en croire le Premier secrétaire du Parti socialiste, l’opinion internationale grâce à la campagne du Front Siggil Sénégal s’est rendue compte « du recul de la démocratie » dans notre pays, ce qu’il considère comme un acquis du front, avant d’ironiser que les prochaines joutes électorales « seront sans saveur « (dou am xorom ») du fait de l’absence de l’opposition. Le choix porté sur Joal pour abriter cette réunion n’est pas du tout gratuit. Ce fut une occasion de mobiliser les socialistes suite à la défection du maire Paul Ndong qui a rejoint le camp libéral « Nous savons bien que ce sera difficile mais nous réussirons à surmonter les difficultés.

Le maire nous a servi un prétexte fallacieux pour rejoindre le PDS. Il a fait 18ans avec nous et les populations lui ont toujours fait confiance et facilité la tâche. Il n’a vu que ses intérêts personnels », a déploré Issa Dioh qui soutient que lors des présidentielles, le maire de Joal avait donné des consignes de vote pour le candidat de la Coalition 2007, Me Abdoulaye Wade. « J’ai été profondément déçu et choqué parce que Paul Ndong avait dit dans cette salle qu’en tant qu’enfant de Senghor, il n’allait jamais quitter le Parti socialiste.

Je me rends compte que nos valeurs de « Jom », de « fit », de « Ngor’ tendent à disparaître. Mais, il y a heureusement des militants comme Talla Sène qui sont restés », dira à ce propos, Ousmane Tanor qui avait à ses côtés Abdou Khadre Cissokho, Mame Bounama Sall, Tidiane Mané de la Ld/Mpt , Cheikh Sarr de Niaxx Jarinu, Aly Haïdar du parti des écologistes.


À voir aussi

Macky reçoit « ses » députés au Palais

Le chef de l’Etat reçoit les députés de la majorité présidentielle, notamment du Groupe parlementaire …

Tournée en Casamance: Le programme détaillé de Macky

Le président de la République entame demain jeudi et ce jusqu’au lundi 22 octobre prochain, …