Accueil / POLITIQUE / OUSMANE TANOR DIENG, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU PS « Je suis pour le chef de l’opposition parlementaire »

OUSMANE TANOR DIENG, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU PS « Je suis pour le chef de l’opposition parlementaire »

 Le Secrétaire général du Parti socialiste (Ps), Ousmane Tanor Dieng, qui n’a pas voulu froisser les 15 points de son allié Macky Sall, marque son désaccord sur le statut du chef de l’opposition. Pour le patron du Ps, le poste du chef de l’opposition doit revenir à la deuxième force politique  à l’Hémicycle.

« Je suis pour le chef de l’opposition parlementaire et non  autrement. C’est une manière de donner plus de crédit. Parce que nous-mêmes, on peut demain se retrouver dans l’opposition ; on ne sait jamais dans la vie. Donc, il ne faut pas prendre tout à la légère », déclare-t-il. Sur la question de savoir si leur compagnonnage va  se poursuivre avec Macky Sall, Ousmane Tanor Dieng prie que cela continue. « Sauf accident de parcours mais nous comptons aller avec Benno Book Yaakaar (BBY) aux prochaines législatives. Et, aujourd’hui, aucun parti ne peut aller seul aux élections », soutient-il. Si ce partenariat va se poursuivre au-delàs de 2019, Tanor Dieng précise : « Nous allons évaluer  et consulter nos bases et voire si on peut continuer cette coalition avec le parti du président de la République. Pour le moment, nous avons un bon partenariat. »

Plusieurs détracteurs d’OTD l’accusent de vendre le  plus vieux parti politique du Sénégal à Macky Sall. Pour Ousmane  Tanor Dieng, « ceux qui le disent veulent seulement ternir mon image. Je suis habitué à entendre ces genres de critiques ; j’ai entendu pire que ça. Mais, je n’occupe aucun poste dans ce nouveau régime. Je suis à l’aise et je ne cherche pas de poste », martèle-t-il, devant les caméras de la RTS.

Le cas Khalifa  Sall

Le Secrétaire général du Parti socialiste (Ps), Ousmane Tanor Dieng, s’est aussi prononcé sur les voix discordantes au sein du Ps  pendant le référendum. Tanor évite de personnaliser l’affaire Khalifa Sall  mais menace ceux qui auraient envoyé des gros bras pour troubler son territoire. « Il n’a y pas de doute, ce  sont des nervis qui ont envahi la salle. Les responsables qui ont recruté ces nervis répondront de leurs actes devant la justice », peste-t-il. Sur le ”Non” de Khalifa Sall contre son ”Oui”, Tanor dénonce : « C’est une faute politique  de ne pas respecter la décision finale du parti. Parce que si demain une décision tombe  en faveur de vous, d’autres resteront figés sur leur position personnelle. Il arrive parfois que je sois mis en minorité dans certaines prises de décisions mais j’accepte ».

Sur la question de savoir si les rebelles seront sanctionnés pour avoir ramé à contrecourant, Tanor clarifie : « Ils ne seront pas exclus mais nous allons les rappeler à l’ordre et ils comprendront qu’ils n’ont pas raison  mais ceux qui ont saccagé risquent l’exclusion ». Sur la  santé de son parti, Ousmane  Tanor Dieng, comme un bon politicien, réfute toute idée de crise au sein du parti de Léopold Sédar Senghor.

Ibrahima Khalil DIEME

À voir aussi

DJIBO KA SUR LA SITUATION SOCIALE ET ECONOMIQUE DU SENEGAL « Il faut que ce pays soit dirigé par un socialiste »

Le Secrétaire général de l’Union pour le Renouveau démocratique (URD), Djibo Leyti Ka, a lâché …