Accueil / Education / PACIFICATION DE L’ESPACE SCOLAIRE Les conditions de la Cosydep

PACIFICATION DE L’ESPACE SCOLAIRE Les conditions de la Cosydep

Au sortir de sa session ordinaire de fin d’année 2015, la Cosydep a dressé les contours d’un système éducatif apaisé.

La seule alternative pour pacifier l’espace scolaire réside dans l’application des dernières instructions présidentielles issues des rencontres avec le président de la République ainsi que la mise en place d’un dispositif inclusif de suivi des recommandations issues des Assises nationales de l’éducation et de la formation. C’est l’intime conviction de la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) qui constate que l’apaisement et la stabilité du moment sont d’une inquiétante précarité, au regard des menaces de grèves des syndicats d’enseignants. En outre, la Coalition se dit préoccuper par la persistance de nombreux facteurs de contre-performances comme les abris provisoires, l’absence de pièces d’état civil pour beaucoup d’apprenants mais aussi les situations d’urgence dues aux inondations et à la violence. Mais l’optimisme doit être entretenu. À l’occasion de sa 3ème Assemblée générale ordinaire prévue en fin décembre 2015, la Cosydep compte adopter des stratégies d’actions pertinentes pour la Société civile, en lien avec le devenir de l’humanité face à la dégradation du cadre de vie, à la pauvreté, à la misère, aux injustices, aux conflits et aux comportements de désespoir. Aussi, le Conseil d’administration de la Cosydep appelle tous les acteurs et partenaires de l’éducation à renforcer leur mobilisation pour une alliance nationale en faveur de l’avènement d’une école de la réussite et de l’émergence progressive de sociétés solidaires, inclusives et tolérantes. En réalité, fait remarquer la Cosydep, la communauté éducative a soif de « gouter aux saveurs » d’une année scolaire apaisée par un dialogue social efficace, duquel les engagements pris sont respectés. Sous ce rapport, la Cosydep invite le Sénégal à avoir l’ambition de construire un leadership à la mesure des efforts consentis dans le secteur de l’éducation par toutes les familles d’acteurs. Il faudrait aller, selon Cheikh Mbow, Coordonnateur de la Cosydep, vers  une éducation inclusive et équitable de qualité et un apprentissage tout au long de la vie pour tous. Dans ce cadre, dit-il, il s’agit de faire de l’éducation un levier principal qui combine une formation adaptée à la culture de la paix, à l’éducation morale, à la citoyenneté mondiale, à l’intercompréhension culturelle, à la reconnaissance et au respect de l’autre. Dans un tel contexte, la Société civile en général a un rôle incontournable à jouer pour que les citoyens s’approprient les enjeux actuels de développement et que les décideurs fassent de l’éducation une priorité. Ainsi, à l’occasion de la réunion que le « Partenariat mondial pour l’éducation » (PME) tiendra pour la première fois, les 9 et 10 décembre, au Sénégal, la Société civile aura à réaffirmer l’urgence de positionner l’éducation comme base et socle commun du vivre ensemble. L’éducation à la citoyenneté, prenant en compte droits, devoirs et responsabilités, doit faire l’objet d’une attention particulière dans nos pays africains, notamment ceux en situation de conflit ou post-conflit.

M. BA

Share This:

À voir aussi

FESTIVAL INTERSCOLAIRE DU THEATRE ET DE LA POESIE Les élèves à l’école des  fondements de l’art

La structure Multikulture a fait face à la presse hier en prélude de la première …