Contributions

Page Facebook d’Abdou Khadre LO : LIBÉREZ LES JOURNALISTES !

  • Date: 17 juillet 2015

Je ne comprends vraiment pas la logique de garde à vue et de comparution des journalistes du Quotidien et de l’Observateur. Il y a certes quelques erreurs. Mohamed Gueye aurait du biffer certaines informations telles que la filiation de Thione Seck, son numéro de cellulaire, les noms des gendarmes qui ont questionné le prévenu, etc. Mais le problème ne réside t-il pas ailleurs ? Dans tous les pays du monde, la presse se débrouille pour avoir les procès verbaux dressés par les OPJ dans les « grands dossiers ». Qu’est-ce qui est donc exceptionnel ici ? Où est la faute commise par les journalistes de l’Obs dans la publication de la composition des éléments de l’armée devant se rendre en Arabie Saoudite ou au Yemen (on ne sait toujours pas)? Les insurgés yéménites craignent-ils à ce point nos soldats ? Soyons sérieux un peu. Lâchons ces journalistes et interrogeons-nous plutôt sur ces forces de défense et de sécurité qui filent ces informations à la presse. Il ne faut pas prendre le problème à l’envers. Par ailleurs, la presse a eu tout le loisir de publier les PV dans l’affaire opposant Karim Wade à la CREI. Pourquoi la justice ne s’est-elle jamais émue de cela ? Aucun journaliste n’a été convoqué pour cela. Est-ce parce que cela arrangeait ceux qui faisaient « fuiter » ces informations ? SVP, pas de 2 poids 2 mesures. La presse de notre pays n’est certes pas parfaite – comme aucune presse d’ailleurs – mais il ne faut pas en profiter pour vouloir l’intimider. C’est un des piliers forts de notre démocratie. Je pense qu’il est donc plus pertinent de l’accompagner, de la « capaciter » et de l’aider à se débarrasser de ses « brouteurs » que de vouloir l’embastiller.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15