ACTUALITE

Palais de justice de Dakar- Le Sytjust s’agrippe à ses heures supplémentaires

  • Date: 17 juin 2015

 Le syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) a animé un point de presse, hier, dans les locaux du palais de justice de Dakar. Outre leurs difficiles conditions de travail, les travailleurs de la justice ont déploré le vœu de l’Etat de supprimer les heures supplémentaires dans la fonction publique.

 Les travailleurs de la justice, réunis au sein du syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust), ont fait face à la presse, hier, pour déplorer la volonté du gouvernement de supprimer les heures supplémentaires dans la fonction publique. «Il y a une menace qui plane sur les heures supplémentaires qui sont très importantes dans le salaire des travailleurs. On ne doit pas les supprimer de manière unilatérale», a dit leur porte-parole. Il faut dire que le Sytjust lutte contre la pauvreté croissante, la précarité, l’injustice sociale. C’est dans ce cadre qu’ils ont dénoncé les actes unilatéraux du gouvernement allant, dit son porte-parole, dans le sens de revenir sur les acquis syndicaux qui ont été constatés depuis plus de deux ans. Selon El Hadji Ayé Boun Malik Diop, s’il y a une décision à prendre par rapport aux revenus des travailleurs, l’Etat doit consulter tout le monde. En tous les cas, les travailleurs de la Justice ne laisseront pas passer cela. «Nous lançons également un appel à tous les syndicats à provoquer une levée de boucliers pour faire face au gouvernement du Sénégal. Car, quand on enlève les heures supplémentaires dans les salaires des travailleurs de la fonction publique, il ne va plus nous rester grand-chose», a-t-il asséné.

Un préavis de grève

Par ailleurs, à en croire le syndicaliste, le Sytjust a déposé, hier, un préavis de grève, pour réclamer de meilleures conditions de travail. «Si les 30 jours du préavis sont épuisés, sans que nos conditions de travail ne s’améliorent, nous allons paralyser le système de la Justice. Et, cette fois, on compte aller jusqu’au bout de notre combat pour obtenir gain de cause», a-t-il menacé. Les travailleurs de la justice ont profité de la présence des journalistes pour faire état de la précarité et de la pauvreté dans leur secteur. «Les travailleurs de la Justice sont de grands pauvres. Il n’y a pas de travailleurs de la Justice qui gagne de manière décente sa vie. Nous sommes traités comme des esclaves. C’est la raison pour laquelle nous exigeons du gouvernement l’ouverture de négociations sérieuses autour des points de revendications de notre plateforme déposée depuis le 13 août 2014», a déclaré El Hadji Ayé Boun Malik Diop.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15