Accueil / SANTE / PALUDISME : Enfin, un vaccin pour les enfants âgés de 5 à 17 mois

PALUDISME : Enfin, un vaccin pour les enfants âgés de 5 à 17 mois

Le paludisme, la maladie la plus répandue dans le monde devrait bientôt être la moins meurtrière. En effet, les premiers résultats d’une étude à grande échelle de Phase III du vaccin appelé RTS,S vont contribuer, après une injection, à la protection des enfants africains en bas âge contre les accès palustres simples et les formes sévères. Les résultats de cette étude ont été révélé hier mardi à l’occasion d’un forum sur le paludisme organisé par la Fondation Bill & Melinda Gates à Seattle, à Washington.

Des progrès énormes sont en train d’être enregistrés par les chercheurs qui s’investissent dans la croisade contre le paludisme. Les résultats d’une étude présentée hier aux Etats Unis, menée sur les enfants âgés de 5 à 17 mois, dans 11 centres répartis en Afrique subsaharienne, ont montré que trois doses du vaccin appelé RTS, S, réduisaient le risque de développer un accès palustre de 56 % et le risque de développer une forme sévère de paludisme de 47 %. L’analyse a été réalisée à partir des données obtenues auprès des 6000 premiers enfants vaccinés sur une période de suivi de 12 mois après l’injection. Ce qui confirme d’ailleurs selon la même source les précédents résultats des études de la phase II et apporte un nouvel espoir de vaincre le paludisme qui a eu à mobiliser la communauté internationale.

En ce qui concerne les nourrissons âgés de 6 à 12 semaines, le document indique que l’étude est encore en cours et les résultats sont attendus à la fin de l’année 2012. Ils aideront ainsi à comprendre le profil d’efficacité du vaccin appelé RTS, S, dans cette tranche d’âge, à la fois contre les accès palustres simples et sévères.

Le vaccin RTS, S, indique toujours la même source, est développé en partenariat par le laboratoire pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK) et la Malaria Vaccine Initiative (MVI) de PATH, en association avec d’éminents chercheurs africains. Le projet est financé principalement grâce à une subvention de la Fondation Bill & Melinda Gates à MVI. Si le vaccin est approuvé par les autorités réglementaires et recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il sera utilisé chez les enfants africains qui souffrent le plus du paludisme mentionne le même document. Lequel renseigne également que le développement couronné de succès d’un vaccin efficace utilisable en complément des interventions antipaludiques existantes, telles que les moustiquaires imprégnées d’insecticide et les médicaments antipaludiques, représenterait une étape décisive vers le contrôle durable du paludisme.

Andrew Witty, Directeur Général de GSK, estime dans ce même document qu’ils sont à la veille d’avoir le premier vaccin antipaludique au monde ayant le potentiel visant à améliorer considérablement les perspectives de vie pour les enfants vivant dans les régions d’endémie palustre en Afrique. Ce qui va certainement réduire le fardeau du paludisme et il assurer la disponibilité du vaccin pour ceux qui en ont besoin. »

par Cheikh Tidiane MBENGUE

Source Sudonline.sn

À voir aussi

Santé : Près de 1200 cas de cancer du col de l’utérus détectés chaque année

Au Sénégal, près de 1200 cas de cancers du col de l’utérus sont détectés chaque …

Bien manger et faire du sport, c’est mieux vivre

Les maladies non transmissibles telles que le diabète et le cancer, ainsi que les maladies …