Accueil / ECONOMIE / Pape Abdoulaye Seck: « Les exploitations familiales ont raison d’exister »

Pape Abdoulaye Seck: « Les exploitations familiales ont raison d’exister »

L’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR), en partenariat avec le Conseil national de Concertation et de Coopération des Ruraux (CNCR), l’Institut sénégalais de Recherche agricole (ISRA) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), organise depuis hier, et jusqu’au  29 novembre 2018 à Dakar, un colloque international sur l’avenir des exploitations familiales.

 Des chercheurs, des politiques, des producteurs ruraux et leurs organisations, les partenaires au développement, entre autres, ont pris part au colloque international de l’Ipar sur le thème : « L’avenir  des exploitations agricoles familiales d’Afrique de l’Ouest dans une  économie mondialisée ». Venu présider hier l’ouverture, le Dr Papa Abdoulaye Seck, Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, a déclaré que les exploitations familiales ont des belles raisons d’exister. « Elles peuvent apporter une contribution remarquable et remarquée à l’atteinte d’une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable. Les exploitations familiales modernisées en quête de compétitivité et de durabilité existent », a-t-il soutenu. S’adressant  aux participants, il a laissé entendre : « Vous devrez oser changer nos mentalités et préserver, avec des exploitations familiales modernisés, l’atteinte du progrès social et économique au niveau de nos campagnes ». S’agissant de la recherche agricole, le Dr Seck a souligné qu’elle doit mériter de se positionner comme un plan stratégique pour permettre aux exploitations familiales de produire plus et bien. En direction des chercheurs, ce dernier dira : « Aujourd’hui, si la recherche veut générer des  résultats utiles et utilisables, elle doit être interdisciplinaire, participative et centrée sur l’excellence scientifique ». Dans le cadre de la certification des exploitations familiales, le Ministre de l’Agriculture a fait savoir  qu’on doit avoir nécessairement une discrimination positive en faveur des jeunes, des femmes et des porteurs de handicap. Car, poursuit-il, ces derniers doivent pouvoir accéder à la terre. A cet effet,  Papa Abdoulaye Seck a  souhaité  la tenue de ce colloque tous les deux ans.

Penser aux générations futures et à l’emploi des jeunes

Cette proposition a été applaudie par Cheikh Omar Ba, Directeur exécutif d’Ipar. « On l’apprécie très favorablement, d’autant plus que ce sont des rendez-vous pour faire le point en tant que chercheurs, mais aussi comme décideurs politiques » a-t-il souligné. A l’en croire, se retrouver tous les deux ans sera un moment de revisiter ce qui a été fait et surtout que la recherche soit pilotée par la demande.  Cela  leur apparait comme un point important dans la mesure où ce qui se fait aujourd’hui, on devra aussi penser aux générations futures. « Nous sommes très touchés par la présence de deux ministres et cela montre l’importance que le Gouvernement du Sénégal apporte, de même que les partenaires qui viennent loin. Cela montre  l’engagement de toutes les parties prenantes à militer en faveur d’une agriculture familiale résiliente et capable de relever les défis de nourrir les populations et de gérer la questions de l’emploi », a conclu M. Ba. Cette rencontre internationale est une occasion  choisie par IPAR pour un hommage à Jacques Faye dont la cérémonie  a été présidée par M. Abdou Latif Coulibaly, Ministre de la Culture. Rappelé à Dieu en 2010, ce sociologue du monde rural, ancien Directeur de l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA), M. Faye a consacré les dernières années de sa vie à la création et au fonctionnement de l’IPAR dont les recherches et la réflexion prospective sont destinées à alimenter le dialogue et la concertation des acteurs sur les politiques publiques. Ce colloque a pour objectif d’identifier et d’analyser les évolutions en cours et les défis auxquels sont confrontées les exploitations familiales et les sociétés rurales,  les réponses apportées et les résultats obtenus, mais aussi le positionnement et les stratégies développées par les différents acteurs.

 

Zachari BADJI

 

 

 

 

À voir aussi

Ahmed Fall Braya promeut le consommer local

L’Association de la Nouvelle force économique du Sénégal a tenu son assemblée générale sous la …

PME: 250 millions de FCFA du  PAD pour favoriser les exportations   

Le Port autonome de Dakar (PAD) mettra sur la table 250 millions de FCFA l’année prochaine pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *