SOCIETE

Pape Alioune Mbaye, de l’Afaad «La pauvreté pousse certains à noyer leur chagrin dans la drogue»

  • Date : 23 juillet 2015

 Créée en 1998, l’Association des femmes pour l’appui aux actions du développement (Afaad) s’active dans beaucoup de domaines, notamment, la lutte contre la drogue, dont la consommation décime les jeunes, surtout en banlieue.

En sus des campagnes de sensibilisation, d’alerte et autres, la structure assiste aussi les victimes de la drogue dont l’addiction est souventes fois liée à la pauvreté. Pape Alioune Mbaye, un des responsables de ladite association, s’engage à combattre ce fléau, en compagnie d’autres bonnes volontés. Aussi, l’un des thèmes de leurs activités de sensibilisation porte-t-il sur «l’attitude des femmes face à la lutte contre la drogue». La consommation de drogue est très liée à la pauvreté qui pousse certains à y noyer leurs chagrins. Une fuite en avant, signale Pape Alioune Mbaye, selon qui, leurs cibles sont  d’abord les usagers de la drogue injectable. «Un sondage y liste une population très vulnérable, avec un taux de prévalence du Sida ayant atteint les 24% des toxicomanes. Ils sont exposés à beaucoup de dangers et nos activités visent à les aider et à les sensibiliser. Il y a lieu d’alerter les autorités qui n’usent que de la répression comme solution, laquelle ne peut pas éradiquer définitivement le fléau. Il faut maitriser la crise de manque d’un consommateur en détention, pour lui donner la chance de survivre. Aussi, sensibiliser nous parait-il meilleur que réprimer», expliquera notre interlocuteur qui plaide pour la multiplication des causeries pour faire comprendre aux populations les effets de la drogue sur la santé d’une personne. Certains usagers veulent assister aux manifestations de l’Afaad, pour témoigner sur les méfaits de la drogue. «Ce sont ces actions qu’il faut saluer. La drogue est très prisée en banlieue. Il est impossible de rester une journée, sans enregistrer des arrestations de drogués. Sensibiliser les populations pour mettre fin à ce phénomène qui tue la société à petit feu doit être le premier combat de nos autorités», persiste à croire Pape Alioune Mbaye qui liste, parmi les victimes de la drogue, toute sorte de personnalités, sans distinction de religion, de profession ou de sexe. De ce fait, ceux qui s’engagent à sensibiliser les populations doivent être mieux outillés et bien formés. L’abandon et la stigmatisation ne servent à rien, les drogués, selon M. Mbaye, étant des humains que l’on doit récupérer, réorienter et réinsérer dans le tissu socioéconomique national.

Sada MBODJ

Les Plus Populaire
Title
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15