23 juillet, 2014
Accueil » People » PAPE ET CHEIKH : «Nous ne sommes pas là pour déranger»
PAPE ET CHEIKH : «Nous ne sommes pas là pour déranger»

PAPE ET CHEIKH : «Nous ne sommes pas là pour déranger»

2012, une année qui restera inoubliable pour le groupe Pape et Cheikh qui, après une bonne période de silence, est revenu en force avec son album Esprit Live qui a trusté les récompenses. Pour célébrer la consécration de ce chef d’œuvre désigné album de l’année, le célèbre duo a décidé d’organiser une grande soirée au Grand Théâtre. Par ailleurs, les princes de la musique Folk sont revenus sur leur collaboration avec Jimmy Mbaye, leurs nouveaux défis, entre autres.


Vous fêtez la consécration de votre production Esprit Live, meilleur album de l’année. Pourquoi le choix du grand théâtre ?


Il ne s’agit pas d’une démonstration de force. Même s’il n’y avait qu’une seule personne, on serait satisfait. Tout le monde sait qu’on joue dans des boites à guichets fermées et à des heures tardives. On s’est dit qu’il fallait faire ça au Grand théâtre pour donner la chance à tout le monde de nous voir sur scène. Car, pour la première fois, nous voulons associer toutes les tranches d’âges. Il y’aura les enfants, c’est la raison pour laquelle on démarre la soirée à 20 heures. Et comme c’est une soirée dédiée aux femmes, conscients de la capacité de mobilisation des femmes, nous sommes convaincus que ça va être une réussite. On a invité Baaba Mal, Ismael Lo, Jimmy Mbaye, Pape L. Mboup, la troupe du Soleil levant, le reste, on le réserve pour le jour J.

Êtes-vous surpris par l’accueil réservé à votre dernière production ?

Lorsqu’on concevait l’album, on savait que ça allait connaitre cette réussite car, ce sont les fans qui nous ont imposé ce qu’ils voulaient, au départ. Ils voulaient du live et naturellement, nous avons accédé à leur requête. Nous leur rendons l’ascenseur car, ce sont eux qui ont été à l’origine de ce succès. Ce sont eux qui viennent à nos soirées, qui achètent les cd, entre autres.

Qu’est-ce qui a provoqué ce déclic?

Quand nous avons quitté Jololy en 2005, nous avions décidé de prendre nous-mêmes les choses en main. Mais, il n’y avait aucune organisation. C’est par la suite que nous nous sommes entourés de connaisseurs, de gens qui maîtrisent tout ce qui tourne autour de la musique. C’est l’organisation qui a tout changé. L’apport de quelqu’un comme Bougane Gueye Dany a également été décisif. Grâce à ses supports de communication, nous avons eu de la visibilité. C’est la somme de toutes ces choses qui a valorisé notre travail car, c’est cette même musique que nous faisons, il y’a deux ou trois ans.

Mais musicalement, qu’est-ce qui a changé ?

Ce que les gens ignorent, c’est que nous avons eu 20 ans de carrière. Ce n’est pas maintenant que nous avons commencé à chanter. C’est le fruit d’un dur labeur. Dans notre musique, nous valorisons aussi bien les chansons que les textes. Chaque fois, des personnalités nous appellent pour nous dire ‘’c’est grâce à votre chanson que j’ai pu me remettre en question’’. Cela nous rend fiers. Nous avons toujours suivi notre logique, nous ne sommes là pour déranger personne ni pour être en concurrence et malgré tout, nous gardons les pieds sur terre. Nous ne sommes pas euphoriques et nous ne le serons jamais.

Comment avez-vous réussi à imposer votre musique devant le diktat du Mbalakh?

Nous n’avons pas imposé notre musique, nous avons notre propre originalité. Ce sont les mélomanes qui ont adopté notre musique. Ce qui est important, pour nous, c’est le feedback du public. C’est cela qui est extraordinaire.

Votre soutien à l’ex-Président Wade ne vous a-t-il pas quelque peu porté préjudice, à l’époque?

C’est du passé. Nous ne regrettons rien. Désormais, nous voulons ouvrir une nouvelle page. C’est la musique qui nous a amené jusqu’ici. Au Sénégal, on politise tout. Maintenant, on veut sortir de ce carcan, désormais, on est là pour la musique. Nous regardons devant nous, pas derrière.

Vous jouez depuis quelques temps avec Jimmy Mbaye. Expliquez nous cette collaboration?

Jimmy est un grand monsieur. Il adore Pape et Cheikh lui et Habib Faye. Le fait que ces pointures jouent pour nous représente quelque chose de fort. Ce sont des ténors de la musique sénégalaise ; tout le monde aimerait les avoir dans son groupe. Ils apportent leur touche personnelle et une vraie valeur ajoutée dans ce que nous faisons. Pourtant ; on ne leur donne rien. C’est une question de feeling.

Quels sont les défis de Pape et Cheikh?

Nous venons de commencer, les défis sont devant nous. Nous voulons continuer à surprendre agréablement notre public.

Réalisé par Amadou L. MBAYE