PAPE MAEL THIAM ADMINISTRATEUR DE L’APR- «NOUS SALUONS L’INITIATIVE DE ME OUSMANE NGOM DE VENIR SOUTENIR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE»

L’administrateur de l’Alliance pour la république (Apr), Pape Mael Thiam a dressé le bilan du référendum et s’est montré optimiste par rapport aux prochaines élections dans le pays. Après avoir fait porter le chapeau du faible taux de participation à l’opposition, il a salué la décision de Me Ousmane Ngom de rejoindre la mouvance présidentielle.

L’As : Quel bilan tirez-vous du référendum du 20 mars dernier ?

PAPE MAEL THIAM : Le premier résultat dont les Sénégalais doivent se féliciter, c’est la pertinence des points de réformes proposés par le chef de l’Etat. Cela prouve que nous avons un président de la République qui comprend les préoccupations des Sénégalais, qui sait transformer les préoccupations en des solutions qu’il a proposées aux Sénégalais. Le deuxième élément d’évaluation, c’est la démonstration des populations qui ont encore une fois prouvé que nous sommes un très grand peuple, un peuple de démocratie, de paix. Un peuple qui comprend les enjeux des intérêts supérieurs de la Nation. L’autre élément d’évaluation que je tire de ce référendum réside dans la large capacité de discernement des Sénégalais. La campagne d’intoxication et de calomnie qui a été orchestrée par l’opposition n’a pas été suivie par les Sénégalais. Les populations comprennent également que les propositions du président de la République sont les plus pertinentes pour garantir une émergence à notre pays.

Dans ce cas, qu’est-ce qui explique la défection de Serigne Mansour Sy Jamil et de Mamadou Lamine Diallo de Benno Bokk Yakaar etqui ont appelé à voter NON?

C’est regrettable ! La motivation principale qui a sous-tendu à la mise en place de la coalition Benno Bokk Yaakaar était de gouverner ensemble. Concernant Serigne Mansour Sy Jamil, je le mettrai en comparaison avec Serigne Abdou Aziz Sy Al Amin qui a appelé à soutenir le président de la République en réponse au programme important que le Président Macky Sall a, pour la première fois, mis en place pour le développement des cités religieuses. Un programme de 200 milliards dont a bénéficié Tivaouane à l’instar de Touba et des autres foyers religieux. L’estime que j’ai pour Serigne Mansour Sy Jamil est en rapport avec le statut de son père Serigne Moustapha Sy qui est un saint. Qu’il ait demandé à voter NON à un référendum dont les principaux points sont proposés par un président de la République qui a rehaussé le niveau de développement de Tivaouane est regrettable. Même si cela n’a pas empêché la victoire du Oui à Tivaouane. Mamadou Lamine Diallo avait appelé à voter NON à Guinaw-Rail Sud. Nonobstant ce mot d’ordre, les militants de Tekki se sont mobilisés autour du comité électoral mis en place au niveau de Guinaw-Rail Sud pour voter OUI au référendum. Il en est de même pour Mansour Sy Jamil à Guédiawaye. Les sénégalais ont démontré qu’ils ne sont pas des moutons de panurge. Ils savent identifier leurs intérêts afin d’opérer des choix en conséquence.

L’opposition conteste la légitimité de la victoire du OuI du fait du fort taux d’abstention 

J’en rigole un peu (rire). Le fort taux d’abstention interpelle également l’opposition. N’oubliez pas que l’opposition était allée jusqu’à utiliser des armes non conventionnelles: à savoir battre campagne sur la base de l’intoxication, du mensonge et de la calomnie. Elle doit avoir honte que les Sénégalais ne se soient pas mobilisés autour de ses mensonges. Pour elle, ce référendum n’en était plus un. Il devait constituer un vote-sanction contre le Président Macky Sall. Donc parler de taux d’abstention ne fait que mettre en exergue l’échec de l’opposition. Cela dit, le monde sait que les élections référendaires ont toujours eu un taux d’abstention élevé par rapport aux autres élections. De plus, l’opposition avait invité la population à voter massivement le NON pour montrer que la majorité des Sénégalais est contre le président de la République. Si l’opposition s’était lancée dans une campagne républicaine, dans une campagne de vérité autour de la pertinence ou non des points proposés par le chef de l’Etat, on aurait eu beaucoup plus de votants.

L’opposition vous accuse également d’avoir procédé à l’achat de conscience pour obtenir la victoire du OuI?

Si réellement l’achat de conscience permettait de gagner des élections au Sénégal, vous croyez que le Président Abdoulaye Wade allait perdre les élections ? Dans l’histoire du Sénégal, on n’a jamais connu un régime qui a injecté autant d’argent que le régime de Wade lors de l’élection présidentielle de 2012. N’empêche, les Sénégalais ont su que la voie à suivre, c’était la voie tracée par le Président Macky Sall.
Qu’en est-il de l’implication du chef de l’Etat dans la campagne? Je serai étonné que le président de la République ait proposé des points de réforme sans en avoir fait la promotion. Ce serait une manière de démontrer aux populations que lui-même n’est pas convaincu des propositions qu’il a faites. La Constitution ne lui interdit pas de battre campagne dans le cadre d’un référendum. Je suis très heureux de constater que le leadership du Président Macky Sall est incontestable dans ce pays. On ne peut pas reprocher à une armée d’aller en guerre avec ses armes. Ce qui est important aujourd’hui, c’est la victoire du OUI dans un contexte où sur 16 communes d’arrondissements, nous ne maitrisions que les six. Maintenant, toutes les autres communes qui étaient contrôlées par le Pds ont basculé dans la mouvance présidentielle. C’est le cas de Guinaw- Rail Sud. J’en profite pour remercier tous les militants qui se sont mobilisés pour battre le maire Abdoulaye Diop qui avait dit que Guinaw-Rail Sud appartenait au Pds depuis une quinzaine d’années. Mais, nous les avons battus de plus de 600 voix d’écart.

En tant que maire et coordonnateur de Bby, Abdoulaye Timbo a été battu dans son bureau de vote. Qu’est-ce qui explique cela ?

Nous n’avons pas fini de faire une évaluation globale des élections. Mais, il est évident que l’Apr est un parti de stratégies et non un parti de tintamarre et nous ne manquerons pas de voir les mesures à prendre pour renforcer notre électorat. Nous ne manquerons pas de faire une évaluation dans chaque zone dans la perspective de renforcer le parti et d’aller vers des performances beaucoup plus intéressantes pour les échéances à venir.

Au delà de la victoire au référendum, comment la coalition Bby appréhende-t-elle les prochaines élections comme les législatives de 2017 et la présidentielle de 2019 ?

Si nous sommes unis, les prochaines législatives seront une promenade de santé pour la coalition Benno Bokk Yaakaar. Nous l’avons démontré lors des élections locales passées. J’avais toujours dit que la coalition Bby était majoritaire dans le département de Dakar. Ce qui nous a porté préjudice, c’était la multiplicité de nos listes. J’appelle dès à présent tous les responsables de la coalition Bby à animer et à perpétuer la dynamique unitaire qui a été amorcée lors du référendum et qui a donné ces résultats. Si cela est fait, nous n’avons aucun souci pour les prochaines élections législatives et présidentielle parce que les Sénégalais sauront que la mouvance présidentielle est en train de donner des résultats qui étaient ceux là attendus par les citoyens.

Le Président Macky Sall présidera bientôt dans la banlieue un conseil des ministres décentralisé. Quelles sont les attentes de la population de Pikine ?

Le président Macky Sall n’a pas attendu le conseil décentralisé des ministres pour développer Pikine. Déjà le 7 avril prochain, il va procéder à la pose de la première pierre de l’arène nationale. Il a également dégagé une importante manne financière pour la réfection du stade Alasane Djigo, en sus d’autres réalisations dont ont bénéficié les Pikinois et les autres habitants du Sénégal dans le cadre de la lutte contre le chômage et dans le cadre de la modernisation des villes. En ce qui concerne le conseil des ministres décentralisé, ce que nous sommes en droit d’attendre en tant que Pikinois, c’est une véritable modernisation de la ville en termes d’infrastructures. C’est une véritable prise en charge de la ville en matière de sécurité, de lutte contre le chômage, de promotion de l’artisanat etc. Les attentes sont énormes et le président de la République en est conscient. Il avait déjà fait le tour du Sénégal pour connaitre des problèmes des Sénégalais. Me Ousmane Ngom vient de rejoindre la mouvance présidentielle. Comment l’appréciez-vous Macky Sall est le Président de tous les Sénégalais. Il a tracé un référentiel de développement qui est le plan Sénégal émergent (Pse). Dès son élaboration, le chef de l’Etat avait appelé tous les Sénégalais à s’unir autour de l’essentiel. Me Ousmane Ngom est un sénégalais qui a de l’expertise et de l’expérience. Que Me Ousmane Ngom décide de soutenir le président de la République dans l’opérationnalisation du Pse, nous ne pouvons que saluer cette initiative. Je ne vois pas en quoi, il serait pertinent de se cristalliser sur le cas Ousmane Ngom qui, en tant que Sénégalais, a fini de savoir que le chef de l’Etat est sur la bonne voie.

Un Sénégalais qui, cependant, a été cité dans la traque des biens supposés mal acquis …

Il ne faut pas confondre le politique, l’exécutif et le judiciaire. Moi, je suis sur le plan politique et je suis en train de chercher, audelà de Me Ousmane Ngom, d’autres responsables au Pds. L’essentiel c’est qu’ils soient sénégalais et capables de voter. En ce qui concerne les aspects judiciaires, j’ignore qui a été inculpé. A cause de quoi ? Et qu’elles procédures seront mises en branle ? En tout état de cause, je ne connais pas quelqu’un qui soit à l’abri de la justice, parce qu’il est venu à l’Apr ou à la mouvance présidentielle.

Mais, Me Ousmane bénéficie désormais du parapluie de l’Apr 

Je suis administrateur d’un parti républicain, d’un parti qui respecte la République, d’un parti qui respecte les lois et les institutions, d’un parti qui sait faire la distinction entre le temps de la justice et le temps du citoyen. Ce qui m’importe, c’est de massifier le parti, que nous confirmions notre position de premier parti politique du Sénégal. Et cette position ne peut être confirmée qu’avec des Sénégalais dont Ousmane Ngom et autres.

Qu’en est-il de la reddition des comptes ?

La reddition des comptes a été entamée par le Président depuis son accession au pouvoir. La reddition des comptes, ce n’est pas de prendre les Sénégalais et de les mettre en prison. La reddition des comptes, ce n’est pas d’exclure des Sénégalais qui jouissent de leur droit. Tous ceux qui sont cités dans la traque des biens mal acquis ont les mêmes droits que vous en tant que citoyen, car la présomption d’innocence est un principe de justice. Maintenant que des Sénégalais soient pressés que leurs adversaires ou leurs concitoyens se retrouvent derrière les barreaux, c’est une autre chose. La justice n’obéit pas à ce type d’émotion.

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15