Accueil / RELIGION / Pâques ou entente islamo-chrétienne au Sénégal Le ngalax, une dépense pour les musulmans

Pâques ou entente islamo-chrétienne au Sénégal Le ngalax, une dépense pour les musulmans

Pour les uns, c’est ce vendredi, pour les autres, c’est pour samedi. Ce, pour indiquer la préparation et le partage du «ngalax», un plat à base de mil et d’arachide, entre autres ingrédients.

 Pendant que commerçants et meuniers se frottent les mains, en cette veille de Pâques concernant les produits pour la préparation du «ngalax», certains chrétiens peinent à faire face à toutes les dépenses qui les attendent. C’est le cas de Mamy Diatta, la vingtaine trouvée au marché Gueule-Tapée des Parcelles Assainies. «Les commerçants ont augmenté le prix des éléments dont on aura besoin pour préparer le « ngalax ». Le kilo de pain de singe, c’était à 300 francs, maintenant, c’est à 400 frs, pour le mil, 300frs au lieu de 250frs, le kilo de raisin qui coûtait 1500 frs, est passé à 2000 frs. C’est difficile, mais la fête en vaut le coût», a-t-elle expliqué, informe que son «ngalax» est destiné à ses voisins musulmans. «A la maison, on ne raffole pratiquement pas de « ngalax », c’est pour le voisinage musulmane qui, chaque fête de Tabaski et de Tamkharite, nous apporte notre part», précise Mamy Diatta.

Quant à Philippe Sarr, lui aussi au marché pour s’approvisionner en produits pour les préparatifs du «ngalax», il explique, devant notre air étonné, sa présence par un souci d’alléger les femmes, occupées par d’autres travaux. Soulignant que les produits sont trop chers, par rapport à l’année dernière, il constatera : «La coutume devient chaque année, de plus en plus, difficile à respecter. Mais, comme c’est une tradition qui raffermit les relations entre voisins, il faut y sacrifier, quel qu’en soit le coût. C’est aussi un moment de partage entre nos deux communautés.»

Au moment où les chrétiens déplorent la hausse de certains prix des denrées utilisées dans la préparation du «ngalax», les boutiquiers se sont dans l’aubaine. Toujours au marché de Gueule Tapée qui refuse du monde, en cette veille du vendredi Saint, Léna, une vendeuse de patte d’arachide et de pain de singe, se lèche les babines. «J’ai déjà livré les commandes de patte d’arachide dont le kilogramme a été échangé à 500 francs, comme d’habitude. Il ne reste que quelques sacs de pains de singe que je pense vendre avant samedi», renseigne-t-elle. Pour son voisin, vendeur de produits d’assaisonnement, les affaires marchent bien par rapport aux autres jours : raisins secs, fleurs d’oranger, muscade, sucre vanille, coco, banane et pomme s’arrachent comme de petits pains.

La préparation du «ngalax», c’est aussi la bonne affaire des meuniers. Alioune Fall, gérant d’un moulin dans ce marché, informe que le nombre de clients a doublé, ces deux jours et que le kilogramme de mil à piler est à 50 Francs Cfa, comme avant. Pas d’augmentation occasionnelle

Aïssatou Doucouré NDIAYE

 

À voir aussi

Le cadeaux XXL de Wally à son père Thione

La Valeur cette voiture est de: 52 082 435 Fcfa ! C’est le cadeau de Wally Ballago Seck …

Palla Mbengue et son frère condamnés à payer 170 millions à la société SORUBATIC

Palla Mbengue et son frère ont été condamnés, hier, par le président du tribunal correctionnel …