Accueil / Contributions / PAR CHARLES FAYE: UNE ÉMERGENCE AUX RÉSONANCES LOINTAINES

PAR CHARLES FAYE: UNE ÉMERGENCE AUX RÉSONANCES LOINTAINES

Le constat est que le pays n’a pas su optimiser, et encore moins profiter de l’effondrement des cours pétroliers – Nous voilà à inviter l’austérité dans le programme émergent, pour faire face aux ratés d’une machine plus prévisionnelle qu’opérationnelle.

Il y a les rêves d’une émergence aux résonances lointaines, et les réalités d’une fatuité frappante, prégnantes.

Ce n’est pas parce qu’on veut qu’on peut. Encore faudrait-il aller du bon pied. Ne pas se tromper.

Mais bon n’avance que celui qui recommence, encore et encore.

Nous voilà à inviter l’austérité, dans le programme émergent, pour faire face aux ratés, d’une machine plus prévisionnelle qu’opérationnelle. Est passé par là, le projet de loi de finance rectificative pour l’année 2019, finalement arrêté finalement à trois mille neuf cent quatre huit milliards de francs CFA au lieu des 4071 milliards pour la Loi de finances initiale 2019.

La sentence présidentielle est sans appel. Suppression des bureaux économiques, de consulats, rappel du personnel diplomatique, couplage d’agences, réduction drastique de charges. Le tout, au moment, où la mondialisation se casse les dents sur la fin du multilatéralisme.

Au moment où les rêves d’une gouvernance mondiale s’effondrent, au profit du repli national constaté récemment au G20, au Japon.

Le constat amer, est que le Sénégal n’a pas su optimiser, et encore moins tirer profit, de l’effondrement des cours pétroliers, de la guerre commerciale sino-américaine, pour non seulement doper sa production nationale, mais encore se lancer dans des alliances fortes, boostées qui plus est par les découvertes récentes de pétrole, de gaz et autres ressources minières.

A la populace de mettre la main à la poche, pour payer plus cher son carburant, en espérant que le commerce ne s’enflamme pas, pour gazer le marché et nous envoyer tous chez Dr Ardo, pour des points de sutures serrées dans nos portefeuilles désargentés.

Pauvres de nous autres Sénégalais, à qui l’on n’a pas fini de conter leb sur leb, les performances d’une trésorerie en parfaite santé financière.

Fort heureusement, nous avons notre Zoro national, El Phénoméno Sonko, qui a, assurément, digéré la présidentielle, pour s’inscrire dans une résilience d’où ne semble pas encore être sorti le ténébreux et aphone Seck. Chacun sa vitamine C, mais intéressons-nous au phénomène de l’arène politique, dont le discours, le style, se branchent en mode feeling chez les jeunes en quête de champion, comprenant du tic au tac et rendant rak tak leurs espérances et attentes.

Est-ce pour cela d’ailleurs que le Macky a lancé au pétrolier, Makhou Cissé, qu’il est suffisant bon pour comprendre trop vite les enjeux de l’heure et surtout ceux de l’avenir, dans lequel le Macky ne se voit pas à l’Avenue Léopold Sédar Senghor. Pas si sûr que madame on accélère la cadence, je veux dire la Mimi Touré, se laisse distancer dans cette bataille de dauphinat qui se dessine tout doucement mais sûrement, dans les rangs marron-beige et bien sûr sous les toits yakaaristes.

Voilà réunis les ingrédients d’une succession sans merci et pour ne pas être mauvaise langue, je dirai assez loin de nos problèmes de tous les jours et de notre économie. Ainsi est la politique, rendre possible ce qui est nécessaire et ce qui est nécessaire, c’est bien entendu d’être élu. 2024. Nous y sommes. Presque ! J’oubliais les locales et la dizaine de millions à casquer pour se faire élire maire non par les administrés mais Lions, réalisez notre rêve ! Bon vent !

Joummah Moubarrak et bon week-end à tous !

À voir aussi

TITRE RONFLANT ! PAR SIDY DIOP

Normalement, El Hadj, c’est celui qui va accomplir le pèlerinage, au moment où il l’accomplit. …

VERS LA FIN DU FCFA ? PAR CHEIKH AHMED BAMBA DIAGNE

Sujet particulièrement passionnel, le débat sur le franc CFA entraîne dans son sillage bon nombre …

Un commentaire

  1. incomprehensible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.