Accueil / ACTUALITES / Par des détournements d’actifs : Les Indiens font perdre 125 milliards aux Ics

Par des détournements d’actifs : Les Indiens font perdre 125 milliards aux Ics

Principal marché d’exportation des Ics, le marché indien ne serait pas avantageux pour la société sénégalaise. Alors que le prix Fob Maroc de la tonne d’acide est fixé à 1 450 dollars, Iffco achète comptant à 566,25 dollars coût et fret. Le manque à gagner pour les Ics est estimé à environ 125 milliards de francs Cfa.

Source : Walfadjri
Avec un prix de l’acide fixé à 566,25 dollars par tonne (coût, fret et cash), les Indiens ont-ils bien huilé leur machine pour engranger le maximum de profits sur le dos des Industries chimiques du Sénégal (Ics) ? En effet, sur le marché international, le prix de l’acide est vendu à 1 450 dollars la tonne (Fob Maroc), selon un spécialiste. Sous cet aspect, le différentiel est estimé à plus de 860 dollars par tonne.

Compte tenu du fait que la société sénégalaise spécialisée dans la production d’acide phosphorique livre toutes les six semaines 30 000 tonnes aux Indiens, le cumul du manque à gagner est chiffré à 23 millions de dollars, soit un total annuel de 250 millions de dollars (environ 125 milliards de francs Cfa). Un gap représentant la moitié des dettes contractées par les Ics (500 millions de dollars).

Alors qu’Iffco (le partenaire historique des Ics) est en train de jouer au bon Samaritain en faisant une avance de trésorerie de 10 milliards de francs Cfa en décembre dernier, des sources proches du dossier soulignent que les Indiens sucent l’ex-fleuron de l’industrie sénégalaise.

Si les Ics vendaient au prix de référence Fob Maroc, elles auraient une situation financière en nette amélioration. Existe-t-il un accord politique entre l’Etat sénégalais et l’Etat indien ?, s’interroge-t-on. ‘Dans le cadre de la coopération, l’Inde verse chaque année 50 millions de dollars au Sénégal. Avec ce contrat signé avec Iffco, l’Etat indien récupère de l’autre main 5 fois plus son aide publique au développement’, estime un cadre des Ics. Il en veut aussi aux banques créancières des Ics qui, selon lui, voient toutes les transactions à travers les comptes séquestres des Ics sans réagir. ‘Pourquoi l’Etat du Sénégal laisse-t-il cette situation de fait perdurer ?’, se demande notre source.

Apparemment, tous les moyens étant bons pour procéder à des détournements d’actifs, les partenaires indiens des Ics ont joué sur les prix de l’acide et du fret maritime. Le Pca des Ics, U. S. Awasthi n’avait-il pas annoncé aux actionnaires et bailleurs de fonds, lors du Conseil d’administration du premier trimestre 2005, que le prix de l’acide phosphorique pour la nouvelle campagne 2005-2006 était de 45 dollars par tonne alors que les publications professionnelles faisaient état d’une hausse de prix de 65 dollars par tonne. En fait, le prix de l’acide phosphorique est déterminé chaque année, lors d’une négociation entre les principaux fournisseurs américains et marocains, et le principal importateur, l’Inde.

Sur la base d’une exportation de 550 000 tonnes d’acide phosphorique pur par an, l’addition du différentiel par rapport au prix international était estimée en 2005 à 11 millions de dollars, soit l’équivalent de 6 milliards 50 millions de francs Cfa.

Cette stratégie du partenaire indien avait poussé le ministre de l’Industrie et des Mines à déclarer, le 16 juin 2007, lors de la signature de l’accord de recapitalisation avec Iffco, que désormais, c’est la vérité des prix qui sera appliquée. Aujourd’hui, le constat est encore amer. Mais, selon l’administrateur des ventes acide de Senchim (filiale des Ics chargée de la commercialisation), Meïssa Faye, le tableau ne se présente pas comme tel. ‘Le Fob (prix) Maroc a renouvelé ses prix dans certaines zones comme l’Europe et l’Amérique du Sud. Par contre, le prix indien, prix de référence (coût, fret et cash) est fixé à 566,25 dollars la tonne. Un prix annuel valable jusqu’au 31 mars 2008. Entre temps de nouveaux prix seront négociés. Mais les Indiens sont réticents à toute renégociation des prix. Sur le marché indien, le prix est négocié sur 12 mois entre Indiens et les principaux fournisseurs. Il s’agit notamment des Sénégalais, des Marocains, des Tunisiens, des Sud africains, etc. Ces fournisseurs vendent au même prix fixé sur le marché indien : 566,25 dollars la tonne d’acide’, tient à préciser M. Faye.

D’après l’administrateur des ventes acide de Senchim, compte tenu du fait que les matières premières ont connu une hausse, les professionnels essaient d’anticiper sur de nouveaux prix avant le 31 mars 2008. Mais les Indiens restent sur la défensive en se référant aux contrats annuels signés avec leurs principaux fournisseurs. ‘Si les Ics devaient vendre ailleurs que sur le marché indien, le prix serait autre. Nous sommes tenus de remplir nos obligations contractuelles’, soutient M. Faye.

Les Ics et Iffco ont signé un contrat pluriannuel de 12 ans. Un contrat qui arrive à expiration en 2011. ‘C’est la tendance du marché qui s’est inversée. La plupart des gros producteurs comme le Maroc, la Tunisie ou l’Afrique du Sud vendent sur d’autres marchés, mais respectent aussi leur contrat avec l’Inde où ils cèdent leurs produits au même prix que celui vendu par le Sénégal’, explique encore Meïssa Faye. Qui rappelle que lorsque les prix du marché ont accusé une baisse, il y a quelques années, l’Inde avait demandé une révision. ‘Ses fournisseurs lui avaient opposé un niet catégorique’.


À voir aussi

GO: Herve, le Renard africain !

La dernière course du renard le mène toujours chez le fourreur, dit l’adage. Est-ce la …

Victoire des Lions: Le football ‘’réconcilie’’ la classe politique

Le football ‘’réconcilie’’ la classe politique Le sport, et plus particulièrement le football, a des …