Accueil / SOCIETE / Parce que l’autorité à ponctionné leur salaire : Les volontaires et les maîtres contractuels dans la rue

Parce que l’autorité à ponctionné leur salaire : Les volontaires et les maîtres contractuels dans la rue

Les enseignants et maîtres contratuels de Saint-Louis ont battu hier le macadam pour exiger que leur soient restituées les sommes prélevées sur les salaires du mois de mars pour fait de grève.

Source Walf fadjri
Les enseignants et maîtres contratuels de Saint-Louis ont battu hier le macadam pour exiger que leur soient restituées les sommes prélevées sur les salaires du mois de mars pour fait de grève.

SAINT-LOUIS – Touchez au salaire des enseignants et c’est la subite ruée sur les brancards. Les enseignants et maîtres contratuels de Saint-Louis ont eu, pour une fois, la maîtrise nécessaire, attendant tranquillement, sans broncher, que l’autorité revienne à de meilleurs sentiments et leur restitue les sommes ponctionnées sur leurs revenus mensuels. Seulement, voilà plus d’une quinzaine de jours que cela dure sans qu’aucune réaction n’ait été notée du côté du quartier Corniche où est localisée l’Inspection d’académie dirigée par Ndar Fall.

Las d’attendre, ces enseignants qui ruminent leur colère depuis la fin du mois, se sont défoulés sur l’avenue Général De Gaulle pour terminer leur mouvement d’humeur à l’Inspection d’académie. Ces volontaires et maîtres contractuels ont, tout au long de leur procession, exigé l’arrêt des coupures sur salaires et la restitution de l’argent ponctionné sur leurs revenus. ‘Cent quarante maîtres contractuels et 56 volontaires ont eu la désagréable surprise de voir leur salaire du mois de mars ponctionné de sommes allant jusqu’à 12 000 F Cfa’, renseigne Moussa Sène, leur porte-parole. Parlant sous le contrôle de ses collègues, il explique que l’autorité n’a pas le droit de faire de la rétention sur salaire et assure que ‘si rien n’est fait, nous n’excluons pas de passer à la vitesse supérieure en nous en ouvrant aux autorités de Dakar et, s’il y a lieu, d’internationnaliser la lutte’.

En tout cas, le mot d’ordre de l’intersyndicale a été largement suivi dans la capitale du Nord. De ce fait, la plupart des écoles élémentaires de cette partie du pays n’ont pas fait cours hier. L’intersyndicale de l’enseignement, au grand complet, a tenu à prêter main forte à ses collègues volontaires et contractuels à Saint-Louis. Pour Abdou Khadre Fall, le coordonnateur de l’intersyndicale de l’enseignement à Saint-Louis, ‘notre présence à cette manifestation, se justifie par le simple fait que le corps enseignant est un et indivisible’.

Par ailleurs, les responsables de l’intersyndicale de l’enseignement qui ont fait le compte-rendu des négociations de Dakar avec le gouvernement, ont, par le mémorandum remis aux autorités académiques, ‘condamné, vigoureusement, ces ponctions inopportunes, discriminatoires, injustes et inhumaines, opérées sur les salaires d’une certaine catégorie d’enseignants dont l’objectif recherché est d’intimider les militants pour les démobiliser’.

L’intersyndicale, ‘toujours déterminée à mener la lutte, réfute le fait de considérer la grève comme une absence illégale car nulle part, dans la législation, il n’est fait état de cette disposition. D’ailleurs l’article L 273 du Code du travail considère la grève comme licite après l’expiration du délai de préavis’, rappellent ses membres de Saint-Louis et ceux venus de Dakar, notamment Souleymane Diallo et compagnie.

En outre, l’intersyndicale de l’enseignement demande que soient restituées ‘les sommes indûment et frauduleusement ponctionnées sur le salaire des enseignants à l’insu du Trésorier payeur régional et du Contrôleur des finances’. Les camarades de Souleymane Diallo et Abdu Khadre Fall n’ont pas manqué, face aux journalistes, ‘de dénoncer le comportement irresponsable, l’excès de zèle, la cupidité et le manque de scrupules de certaines autorités académiques indignes d’être à la tête de circonscriptions parce que n’ayant ni les capacités managériales, ni les compétences professionnelles requises pour ce travail’.

En guise de réponse, l’adjoint à l’Inspecteur d’académie a promis de remettre à qui de droit le mémorandum. Interrogé sur les raisons de ces ponctions, Amadou Elimane Hann révèle que les autorités académiques de Saint-Louis n’ont fait qu’appliquer une directive venue de Dakar.


À voir aussi

Nafilas de la 10ème nuit

4 rakkas, soit 2 sallama. Dans chaque rakka, on doit réciter 1 fois la fatiha, …

Médina Yoro Foulah: 2 indicateurs arrêtés par la police gambienne

L’arrestation des deux indicateurs douaniers à la frontières Sénégalo-gambiemme a semé la tension dans la …