POLITIQUE

Parrainage des troupes- Abdou Diouf et Abdoulaye Wade : la dernière bataille

  • Date: 7 janvier 2016

L’an 2000, une défaite toujours amère à digérer comme une nivaquine, pour Abdou Diouf. Et pour Abdoulaye Wade, une victoire bien méritée douce comme un loukoum. Mais des années sont passées. Chacun de ces deux fortes personnalités veut marquer une fois de plus les Sénégalais. C’est ce qui explique cette guéguerre. Parce qu’Abdou Diouf veut faire revenir les verts au pouvoir. Et Abdoulaye Wade cherche à tout prix à sauver Macky Sall pour que les libéraux se retrouvent et restent 50 ans au pouvoir.

C’est en France que les deux états-majors se sont préparés, en toute quiétude. Combien sont-ils de responsables, à avoir fait, discrètement des séjours, dans la belle capitale française. Non, pour y faire des emplettes, mais pour se préparer. Chacun de son côté.

Les jeunes loups aux dents longues et qui gagnent chaque jour des points ont des parrains. Et pas n’importe lesquels. Abdou Diouf et Abdoulaye Wade. Le premier nommé est un sournois. Le second rusé comme un sioux. Les « Wade boys » sont nombreux. Et ils ne se cachent pas. Ce sont des fortes personnalités aux idées ingénieuses et adulées des populations. Les idées de Wade, ils aiment et les appliquent. Et dans toutes les couches de la société, leurs projets font fureur. Ils ne sont pas estampillés de tel ou de tel parti. Quant aux « Diouf boys », c’est encore le Parti socialiste (Ps) mais dans un style différent. L’ex patron de la francophonie ne digère toujours pas toutes ces choses qui l’ont éloigné de la réalité sénégalaise. C’est en pleine campagne que tout lui tombait sur la tête. Ce goût de nivaquine. De riz « dougoubou pithie », d’ailes de dindes, de pose de première pierre, des bals, des galas à n’en plus finir. Abdou Diouf promis à une belle carrière politique et qui n’a même pas pu inaugurer une usine de basalte.

Voilà donc que, ne voulant pas prendre une retraite, Abdoulaye Wade et Abdou Diouf deviennent des « candidats » pour la prochaine présidentielle. Paris et Dakar deviennent des quartiers généraux.

Les socialistes veulent revenir au pouvoir, mais sans l’autre, celui qui accapare tout et qui ne fait pas l’unanimité autour de lui. Toutes les solutions sont en train d’être concoctées pour l’isoler. Abdou Diouf bat déjà campagne. Alors que depuis la France, Abdoulaye Wade alerte Macky Sall. En 2007, il souhaitait un Pds qui reste 50 ans au pouvoir.

Et la bataille de 2016 est lancée. On agite le référendum, comme prétexte alors que la date des élections n’est pas urgente parce que le peuple sénégalais ne croit qu’en ce qu’il voit. Et la carte d’électeur sera pour celui qui sera dans le cœur des compatriotes. Abdoulaye Wade est sur toutes les lèvres.  Les enfants de Sédhiou qui couraient à travers les ruelles sablonneuses, les chérubins de Kédougou frêles, arborant l’effigie du « Pape du sopi » sont en âge de voter. Abdoulaye Wade va-t-il faire comme en 2001, c’est-à-dire se payer une petite promenade de santé, un « doxantou » qui avait rapporté gros. Tout cela pour que le Pds reste 50 ans au pouvoir.

 Ndèye DIAW

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15