Accueil / ACTUALITES / Parrainage et batailles électorales futures… Le manque d’unité de l’Opposition, un obstacle

Parrainage et batailles électorales futures… Le manque d’unité de l’Opposition, un obstacle

REWMI.COM L’Opposition sénégalaise n’aura probablement pas de candidat unique. Idrissa Seck, le leader de Rewmi, a déjà théorisé la candidature plurielle et Malick Gackou du Grand Parti, en rêvant debout de la possibilité qu’un parti de gauche prenne le pouvoir des mains des libéraux, a laissé clairement entendre qu’il ne se rangeait pas derrière Idrissa Seck.

D’ailleurs, certains observateurs sont d’avis que la candidature unique n’est pas la meilleure façon de déraciner Macky, leader de Benoo Bokk Yakaar.
Mais là n’est pas sans doute le problème actuellement. L’urgence de l’heure est une unité d’action de l’opposition autour des préoccupations de l’heure. Et c’est ce qui manque actuellement. Si le Front patriotique pour la défense de la République rassemble nombre de leaders de partis, il fonctionne sans Idrissa Seck de Rewmi dont une récente posture projette à la stature de leader sur qui compter.

Aujourd’hui, si l’opposition a les mêmes préoccupations du point de vue des objectifs politiques, elle a du mal à coordonner ses forces autour de l’essentiel.

Or, le risque d’une telle situation, c’est que la division entraîne des malentendus en cas de second tour et même bien avant et que les électeurs se détournent d’eux. Car les citoyens ont souvent besoin d’être rassurés quant à l’image des hommes qui ne se soucient que de leurs intérêts. Or, les divergences, les querelles de clocher, laissent une mauvaise impression de ces leaders dont Niasse et Tanor ont beaucoup souffert lors de la dernière présidentielle.

Malheureusement, tout indique qu’il y a comme qui dirait une sorte d’incompatibilité d’humeur entre hommes politiques dont le compagnonnage semble difficile.

Il est important, pourtant, que d’ores et déjà, les leaders de l’opposition soient dans la même entité unitaire en taisant leurs divergences de vue.

La bataille contre le parrainage et celles à venir induisent une telle démarche qui est la seule qui pourrait prospérer.

Pour ce faire, les querelles idéologiques comme Gackou semble s’y inscrire sont très maladroites, d‘autant plus que celles-ci ont fini depuis très longtemps de servir de ciment catalyseur à la mobilisation politique. Que signifie actuellement le socialisme ou le libéralisme aux yeux des citoyens ? Pas grand-chose d’autant plus que les partis au Sénégal sont des melting-pots, des sortes de groupements d’intérêts politiques qui ‘’recrutent’’ sans s’intéresser aux convictions des uns et des autres.

La référence à une idéologie sonne alors aujourd’hui comme un désir de marquer son territoire en excluant la possibilité de se ranger derrière un autre.

Bien sûr, pour le moment, c’est le parti Rewmi qui est à l’écart. Et les efforts doivent être redoublés à ce niveau pour suivre le train en marche, d’autant plus qu’Idy aurait été approché pour constituer le front. La remarque d’Ousmane Sonko consistant à dire qu’un autre front ne soit pas créé alors qu’il y en a un qui existe, n’est pas sans fondement.
C’est maintenant que l’opposition doit donner les gages de sa bonne foi et faisant équipe ensemble autour des grandes causes, qu’importe celui qui coordonne.

Si le leader de Rewmi fait le même sacrifice qu’aux législatives, un terrain d’entente pourrait être trouvé et cela pour être profitable au candidat qui serait mieux positionné au second tour si jamais il y en a. .
Le simple fait que les leaders politiques soient arrêtés à des endroits différents lors des manifestations du 19 avril en dit long sur leur manque d’unité.

L’union fait la force et Benno, lui, est déjà soudé même s’il enregistre de temps en temps des grincements de dents.

C’est vrai qu’elle a un problème de leader rassembleur autour duquel les autres s’allieraient comme au temps de Wade, mais l’opposition a intérêt à ne pas continuer de donner l’impression d’être désunie.

Assane Samb/Rewmi quotidien  

À voir aussi

La montre à 11,3 millions du fils de Macky affole la toile

Très souvent pris en photos dans des somptueux bolides, Amadou Sall fait parler de lui, …

De qui se moque le fils du ministre de l’Intérieur, Aly Nguouille Ndiaye ?

Le fils d’Aly Nguouille Ndiaye a publié sur Snap son passeport diplomatique dans lequel il …