images (4)

PATRIMOINE MUSICAL TRADITIONNEL SÉNÉGALAIS- Une mémoire en déperdition

L’architecture traditionnelle musicale sénégalaise est en perdition. C’est le constat fait par les acteurs culturels. Pour sauver le peu qui reste de notre patrimoine musical traditionnel, l’État  a mis en place un comité national de  promotion et de protection de la diversité des expressions culturelles.

La musique traditionnelle sénégalaise ainsi que ses instruments sont en perdition. Toute une culture à sauver. Pour  sauvegarder le patrimoine immatériel, les acteurs culturels ont été sensibilisés sur les enjeux de la revalorisation et la conservation préventive des cultures de l’oralité fortement menacées. C’était lors d’un atelier organisé, hier, par le ministère de la Culture. L’inventaire des musiques traditionnelles sera suivi de la création d’une base de données.  Selon le ministre Mbagnick Ndiaye, le comité mis en place sera chargé d’élaborer et de fournir, à l’Organisation des Nations-Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO), des rapports quadriennaux dans l’objectif de promouvoir le respect de la diversité culturelle et l’importance du lien entre la culture et le développement. Il est constitué d’acteurs culturels de différents domaines (chercheurs, économistes, artistes designers, experts culturels, stylistes, historiens, journalistes, artistes peintres, entre autres). Ce n’est pas tout. À l’en croire, cet inventaire des traditions musicales ainsi que les genres, les instruments, les savoir-faire qui leur sont associés, participent d’une stratégie de revalorisation d’un riche patrimoine culturel multidimensionnel. Ce projet est né du souci de permettre aux pays africains d’être très bien représentés sur la liste du patrimoine mondial.  Les musiques traditionnelles véhiculent des expressions culturelles fortes. En Afrique, elles rythment tous les cycles de la vie, la célébration de la naissance, du mariage, les rites de la mort et les initiations. Un très bon inventaire garantirait un bon produit.  À signaler que ledit Comité va fournir à l’UNESCO, tous les quatre ans, des informations appropriées sur les mesures prises en vue de protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles au Sénégal et au niveau international. Les acteurs culturels ont salué cette initiative. Selon eux, la revalorisation des musiques en voie de disparition était un impératif.

Khady Thiam Coly

Voir aussi

mbagnick-ndiaye-ministre-senegalais-sports

MBAGNICK NDIAYE : « OUSMANE SOW ÉTAIT UNE FIGURE REMARQUABLE DE L’ART CONTEMPORAIN »

Le sculpteur Ousmane Sow, décédé jeudi, était un « artiste de renommée mondiale », « une figure remarquable » de …