Accueil / ECONOMIE / Pays en developpement La BM et le FMI appelés à la vigilance au surendettement

Pays en developpement La BM et le FMI appelés à la vigilance au surendettement

Les Assemblées annuelles 2017 de la Banque mondiale et du Fonds  monétaire international, se sont tenues à Washington. C’est une occasion pour le comité du développement de donner des recommandations à ces deux institutions leaders de la planète.

A l’issue de ces assemblées annuelles, le comité du développement est d’avis que la nécessité d’assainir les finances publiques pose des défis dans de nombreuses économies, en particulier dans les pays très endettés. De ce fait, il appelle le Groupe de la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) à rester vigilants face au risque de surendettement dans un contexte marqué par des difficultés cycliques et structurelles auxquelles sont confrontés de nombreux pays en développement, notamment en renforçant le soutien à l’investissement privé en Afrique. « L’aide soutenue de ces deux institutions est cruciale pour étayer les efforts déployés par les pays en vue de réaliser une croissance durable et inclusive, d’améliorer le capital humain et de renforcer la résilience », mentionne le communiqué sanctionnant la fin  des travaux. D’après ce comité dont la date de la prochaine réunion est fixée au 21 avril 2018, les récentes pertes en vies humaines et les chocs économiques causés par les catastrophes naturelles, la famine, les conflits et les déplacements de populations, démontrent que les acquis économiques et sociaux obtenus de haute lutte peuvent être anéantis facilement.

Pour promouvoir une croissance durable et solidaire, « nous préconisons une coordination et un partenariat accrus entre les banques multilatérales de développement (BMD) et d’autres institutions financières internationales (IFI) afin d’aider à mobiliser les financements requis pour créer des emplois et promouvoir des économies en bonne santé », soutiennent les membres de cette  instance. Et de poursuivre :« Nous appelons le Groupe de la Banque mondiale et le FMI à continuer de travailler avec les pays au renforcement de la mobilisation des ressources intérieures, à la réduction des flux financiers illicites, à la création d’instruments de prévention et de préparation aux crises et catastrophes, et à l’assurance de la résilience économique et sociale en cas de crise et de catastrophe ». Face à l’ampleur des risques qui planent sur le développement aujourd’hui et l’urgence qu’ils représentent, ces derniers demandent à agir de manière coordonnée aux niveaux national et mondial pour obtenir, sur le plan du développement, des résultats efficaces et durables qui profitent à tous.

Ainsi le comité de développement souligne le besoin d’agir pour relever les défis qui menacent tous les pays, notamment entre autres, le changement climatique, les migrations et déplacements forcés, la santé mondiale. Les assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fonds  monétaire international regroupent plusieurs instances à savoir le comité monétaire et financier international, le comité du développement, le groupe des dix et le groupe des Vingt-Quatre. Celles-ci se tiennent habituellement en septembre ou octobre à Washington et, tous les trois ans, dans un autre pays membre. Pour rappel, la réunion inaugurale des conseils des gouverneurs s’est tenue en mars 1946 à Savannah, dans l’État de Géorgie (États-Unis) et les premières Assemblées annuelles cette même année à Washington.

Zachari BADJI

À voir aussi

PME- Les acteurs sensibilisés sur les démarches de prévention des difficultés

Prévention des difficultés des entreprises, formalisation des petites et moyennes entreprises sont, entre autres, les …

Électrification au Sénégal Huit centrales photovoltaïques de 17 MW livrées en juillet 2018

La société Vinci Energies a été retenue par la Senelec pour la réalisation de huit …