Accueil / ECONOMIE / Pêche: Les abus du travail dans l’industrie du secteur dénoncés

Pêche: Les abus du travail dans l’industrie du secteur dénoncés

Les pratiques illégales et inhumaines dans le secteur de la pêche dans le monde doivent être enrayées et remplacées par des pratiques durables afin de soutenir les moyens de subsistance d’une personne sur dix sur la planète. C’est le message lancé par la FAO et le Vatican.

 Le Fonds des Nations unies pour l’Agriculture et l’Alimentation et le Vatican ont profité de la célébration mondiale de la pêche pour dénoncer les mauvaises pratiques dans ce secteur. « Nous transmettons un message commun appelant à la fin des violations des droits de l’homme dans le secteur de la pêche et appelons à la fin de la pêche illicite, non déclarée et non réglementée », a déclaré le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva. D’après lui, des solutions et des instruments juridiques internationaux tels que l’accord de la FAO sur les mesures du ressort de l’État du port, existent pour préserver un secteur qui offre une multitude d’opportunités de grande valeur, mais qui frappe trop souvent les plus vulnérables. Abondant dans le même  sens, le Directeur général de l’Organisation internationale du travail, le député Moussa Oumarou, va plus loin. « Les pratiques de recrutement frauduleuses, le travail des enfants, l’absence d’accords écrits, la retenue des salaires, les listes noires, la violence, l’intimidation et d’autres conditions de travail abusives sont monnaie courante dans le secteur et sapent les efforts des acteurs de l’industrie qui respectent les règles », a-t-il dénoncé.

Convention 188 de l’OIT sur le travail dans la pêche, le Sénégal a rejoint cette année

Selon un communiqué, il est possible de coordonner les efforts internationaux visant à lutter contre les abus du travail dans le secteur de la pêche sur plusieurs fronts. Ce avec L’adoption et l’application de la Convention 188 de l’OIT sur le travail dans la pêche, conçue pour garantir que plus de 38 millions de personnes travaillant dans les pêcheries de capture dans le monde, bénéficient de la sécurité et des soins de santé, de contrats de travail écrits et de protection de la sécurité sociale. Jusqu’à présent, elle a été ratifiée par 12 pays, la Namibie et le Sénégal ayant rejoint cette année. Pour sa part, le cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère du Vatican pour la promotion du développement humain intégral, a souligné  que  le nombre de gouvernements ayant ratifié les instruments internationaux est encore très faible. Sur ce, il a exhorté les agences internationales à élaborer une « feuille de route » pour une adoption plus large et plus rapide, tout  en  précisant que « si elles sont ratifiées et pleinement mises en œuvre, cela pourrait changer radicalement la vie des travailleurs de la pêche, de leurs familles et l’état environnemental des ressources halieutiques. « Les travailleurs de la pêche réclament de l’aide et nous ne pouvons pas fermer les oreilles et nous ne pouvons pas rester silencieux. Nous voyons des liens directs entre tous ces abus et l’utilisation de pavillons de complaisance, de pêche INN et de criminalité transnationale », a-t-il ajouté.

 

Zachari BADJI

 

 

À voir aussi

Le Fongip face à un gap de plus de 275 milliards

Le Fonds de garantie des investissements prioritaires a tenu un séminaire sur la mutation institutionnelle …

Institutions de dépôt : La masse monétaire a baissé de 93 milliards

A fin septembre 2018, la situation estimée des institutions de dépôt, comparée à celle de …