Accueil / ECONOMIE / Pêche- Une baisse des débarquements au quatrième trimestre 2017

Pêche- Une baisse des débarquements au quatrième trimestre 2017

Au Sénégal, l’activité de pêche s’est repliée au quatrième trimestre 2017, en variation trimestrielle. Cette contreperformance est attribuable à sa composante industrielle, en liaison avec les diminutions respectives des débarquements de « poulpes, seiches, soles, rougets et filets de poisson plat », ainsi que de « sardinelles, maquereaux et chinchards ».

La pêche artisanale a enregistré, en rythme trimestriel, un léger renforcement principalement porté par l’accroissement des débarquements à Ziguinchor, avec 83,4% et 149,8% à Fatick,  apprend-on de la Direction générale de la planification et des politiques économiques. Toutefois, un recul des prises est noté à Saint-Louis, Dakar et Thiès. Les performances notées à Fatick reflètent le redémarrage, en octobre 2017, de la campagne des sardinelles et  des sennes tournantes, après une période de repos biologique. En effet, une forte augmentation de l’effort de pêche a été notée dans cette localité, sur la période. A l’inverse, les faibles résultats observés à Thiès sont liés aux changements climatiques qui ont dénaturé l’habitat marin, à la raréfaction des ressources (notamment les maquereaux, ceintures et otolites) et à l’interdiction des sorties nocturnes dans certaines zones. A Dakar, en plus des alertes météo interdisant la pêche en mer, la prohibition des filets dormants à mono filament, l’immigration des pirogues de lignes locales et étrangères et la remontée vers le nord des sennes tournantes à la recherche de sardinelles, ont entravé les débarquements. Sur un an, précise la source, l’activité de pêche s’est renforcée de 20,0%, au quatrième trimestre 2016, à la fois portée par ses composantes artisanale et industrielle. Le bon comportement de la pêche artisanale, en glissement annuel, traduit les performances enregistrées dans les régions de Ziguinchor, Fatick, Louga et Dakar, en liaison avec l’augmentation de l’effort de pêche. Cette dernière est consécutive au retour des pêcheurs de Mauritanie. Au total, une croissance annuelle de 7,1% du sous-secteur de la pêche est observée en 2017, comparativement à l’année précédente, les volets artisanal et industriel s’étant simultanément bien orientés. Au niveau artisanal, l’augmentation des captures a été principalement notée dans les régions de Thiès et de Dakar. Elle a été, Pêche : baisse des débarquements au quatrième trimestre 2017, néanmoins, atténuée par les contreperformances de la région de Saint-Louis qui sont principalement expliquées par la non-délivrance de licences de pêche par la Mauritanie. Pour sa part, la pêche industrielle a été marquée, en 2017, par l’accroissement des captures, notamment de « crevettes et langoustes » et de thons.

Zachari BADJI

À voir aussi

Consommation: Les prix entre chute et stabilité

Au Sénégal, les coûts du litre d’huile végétale et du kilogramme de riz parfumé ont …

Fraude fiscale: Bolloré a payé

Vincent Bolloré s’est acquitté de sa dette fiscale. Selon les informations de Libération, l’industriel  Français …