téléchargement (4)

PÊCHE ET ÉCONOMIE MARITIME- Oumar Guèye dévoile les réalisations et ambitions de l’État

Le Sénégal a célébré, ce week-end,  la 4ème édition de la Journée internationale des Gens de Mer avec comme thème : « En mer pour tous ». À cette occasion, les Gens de Mer ont rappelé aux autorités les maux dont ils souffrent avant de donner les leviers sur lesquels s’appuyer pour atteindre la performance et la compétitivité.

 Le ministre de la Pêche et de l’Économie maritime, Oumar Guèye, a présidé, samedi, la Journée internationale des Gens de Mer. C’était  en présence de Mansour Sy, ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions (TDSOPRI), d’Innocence Ntap Ndiaye présidente du Haut conseil du Dialogue social (HCDS). Oumar Guèye, pour qui cette journée du 25 juin constitue une date incontournable dans l’agenda des Gens de Mer a dressé un bilan d’étape de l’Alternance II en termes de subventions des moteurs, des gilets pour la sécurité en mer, du prix du carburant…« Parmi nos projets pour la pêche, il y a la construction de 19 complexes frigorifiques d’un coût de 10 milliards F Cfa », a dit le ministre de la Pêche. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, M. Guèye a annoncé l’octroi de subventions pour l’acquisition de nouveaux moteurs. « Le gouvernement s’est aussi engagé à payer 5000 moteurs de pirogue à 5 milliards F Cfa. Il y aura une subvention d’un million franc Cfa pour chaque moteur acheté. Cela sera accompagné d’un stock de 20.000 gilets de sécurité pour les pêcheurs en mer », a-t-il ajouté promettant aussi la construction d’aires de transformation des produits halieutiques pour les femmes. « Les quais de pêche de Yoff, Ngaparou, Pout, Bargny, Pointe Sarène, Soumbédioune, sont en chantiers, d’autres le seront au courant de cette année », rappelle-t-il. Non sans préciser que le décret de santé des Gens de Mer est signé le 15 juin dernier à l’issue du Conseil des ministres.

Selon le représentant des marins artisans, Mamadou Thioune, on parle de 600.000 emplois directs et indirects dans les années 70, aujourd’hui la mer qui est un réservoir de richesses emploie, aujourd’hui, plus de 2 millions de la population active du Sénégal. « Au Sénégal, 30% de la population évoluent dans le secteur maritime et font face actuellement au changement climatique et à la raréfaction des ressources », a-t-il précisé. Dans la foulée, il invite le gouvernement à prendre en compte les membres de la pêche artisanale dans le Comité du dialogue social, à créer la carte professionnelle du pêcheur et de la femme mareyeuse et à prendre en compte la dimension genre, avant de renouveler l’engagement des pêcheurs artisanaux au partenariat avec l’ANAM. « Si l’ANAM n’avait pas existé, nous l’aurions créée », martèle-t-il.

Khady Thiam COLY (Stagiaire)

 

Voir aussi

telechargement

CONSOMMATION DE VIANDE AU SÉNÉGAL- En hausse grâce à la volaille !

La consommation de viande au Sénégal a augmenté en 2015. Notamment grâce à la volaille, …