téléchargement (6)

PÊCHE ILLICITE L’Afrique de l’Ouest perd 170 milliards F Cfa par an

Les pays d’Afrique occidentale perdent, chaque année, environ 170 milliards F Cfa à cause de la  pêche illicite.

L’insécurité maritime a, encore de nos jours, un sérieux impact économique sur de nombreux pays africains. Preuve par neuf, la piraterie, les trafics en tous genres ou encore la pêche illicite font perdre à l’Afrique de l’Ouest 170 milliards  F Cfa par an. C’est pour étudier ces questions et tenter d’y trouver des réponses que se tiendra à Lomé, en octobre 2016, un Sommet de Haut niveau pour adopter une charte autour de cette problématique. En termes plus clairs, les chefs d’États et de gouvernements des 54 pays de l’Union africaine (Ua) se réuniront, à Lomé, mi-octobre 2016, avec des experts et des leaders du monde économique, pour définir une feuille de route sur la sécurité maritime en Afrique. Selon un document parcouru par Rewmi Quotidien, il sera mis en place une stratégie africaine de protection des mers et des océans, pour garantir la paix, la sécurité et la  stabilité, et faire de l’espace maritime africain le levier principal d’un développement économique pérenne.

Alors que la pêche illicite progresse un peu partout dans le reste du monde, la sécurité maritime en Afrique est encore largement problématique, lit-on dans le document. Qui mentionne qu’en 2013, 51 attaques ont eu lieu dans le golfe de Guinée, épicentre de la piraterie en Afrique, soit en moyenne une attaque par semaine, et cette tendance ne baisse pas. Toutefois, il a été relevé  que les enjeux stratégiques  vont bien au-delà de la piraterie et englobent d’autres fléaux tout aussi préoccupants tels que la pêche illicite non déclarée et non réglementée ainsi que la pollution de l’environnement marin. Ce phénomène requiert donc une réponse globale comprenant un cadre juridique particulier, des moyens de surveillance et d’intervention ainsi que des organismes de coordination sous-régionaux. Mais seule une Afrique forte et unie peut inspirer cette coordination internationale nécessaire qui s’appuie sur les domaines de la sécurité et de la sûreté maritimes.  Par ailleurs, le Togo entend mettre sur la table des discussions la question de l’environnement et envisager la limitation de  l’impact environnemental des ports et celle de la protection de la biodiversité des littoraux.  Il est établi que la  manipulation de vrac sec produit de la poussière peut par la suite contaminer l’environnement. La pêche contribue, de façon vitale, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle de plus de 200 millions d’Africains et apporte des revenus à plus de 10 millions de pêcheurs.

Mouhamadou BA

Voir aussi

la-production-agricole-de-2015-1

La production agricole de 2015 estimée à cinq millions de tonnes (Rapport)

La production agricole 2015 est estimée à environ cinq millions de tonnes, toutes spéculations confondues, …

Open