Accueil / ECONOMIE / Pêche illicite : les contrevenants devront payer entre 500 millions et un milliard

Pêche illicite : les contrevenants devront payer entre 500 millions et un milliard

Le nouveau Code de la pêche, adopté mardi à l’unanimité par les députés, fixe entre 500 millions et un milliard de francs CFA l’amende réprimant la pêche illégale, ainsi que la confiscation de tout bateau mis en cause en cas de récidive, a indiqué mardi le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Oumar Guèye. ’’La sanction pour la pêche illicite, qui était de 150 millions de FCFA, minimale passe dans le nouveau code à 500 millions, et la sanction maximale passe de 200 millions FCFA à 1 milliard’’, a-t-il dit lors de l’examen du projet de loi portant Code de la pêche maritime. Selon Oumar Guèye, les sanctions ont été revues à la hausse pour décourager les bateaux industriels, dont la capacité de pêche dépasse largement celle des pécheurs artisanaux. ‘’Nous avons voulu taper là ou il fait mal, c’est-à-dire les bateaux industriels qui posent le plus de problème à notre pêche artisanale et raflent en même temps nos fonds’’, a expliqué le ministre de la Pêche, précisant qu’en cas de récidive, le bateau va être confisqué. De même, il a prévenu que les pêcheurs sénégalais seront également sanctionnés sur la base de leurs recettes. ‘’Nous voulons homogénéiser les sanctions, mais vous conviendrez que ces mêmes sanctions ne peuvent être appliquées pour nos pêcheurs. Leurs recettes ne le permettent pas’’, a-t-il expliqué. Abordant les difficultés rencontrées dans la pêche artisanale, il a relevé la place stratégique de la pêche qui représente plus de 600 000 emplois et fournit 70 % de l’apport en protéines animales. Oumar Guèye indique que le nouveau Code de la pêche maritime apporte de nouvelles dispositions dans la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, la cogestion des pêcheries, etc. ‘’Pour protéger la pêche artisanale, nous avons augmenté les limites pour la pêche industrielle. Avant, c’était dans les 6 miles maintenant, elles sont fixées à 10 miles’’, a-t-il dit. Le ministre de la Pêche a également indiqué que l’interdiction des filets monofilaments et multifilaments sera faite progressivement, compte tenu du nombre important de pêcheurs qui les utilisent. Des programmes d’accompagnement en termes de sensibilisation et de subventions faciliteront la mise en œuvre de cette mesure, a ajouté M. Guèye relevant que la dérogation spéciale accordée aux navires de recherche est limitée aux activités de recherche.

Aps

Share This:

À voir aussi

PSE : Plus de 5000 milliards déjà mobilisés auprès des bailleurs de fonds  

Le plan Sénégal Émergent (PSE) commence à prendre forme. Le Ministre délégué, chargé du Budget a …