POLITIQUE

PEINE DE MORT- Baldé pas d’accord

  • Date: 28 novembre 2016

 

Depuis quelques mois, les agressions meurtrières sont devenues monnaie courante au Sénégal. Une situation qui pousse certains Sénégalais à demander le rétablissement dans l’immédiat de la peine de mort abolie au Sénégal en 2004. Le président de l’UCS, Abdoulaye Baldé, s’oppose à cette idée et préconise une introspection au niveau des services de sécurité. Le maire de Ziguinchor présidait à Bignona un meeting de son parti.

Il ne se passe une seule semaine sans qu’on ne parle d’agression meurtrière au Sénégal et ce, depuis quelques mois. Les plus récentes sont celles du taximan, de la vice-présidente du Conseil économique social et environnemental. Sur cette liste s’ajoute une nouvelle victime tuée ce weekend à Abéné, dans le département de Bignona. Il s’agit d’un jeune répondant au nom de Xavier Barro qui a été froidement tué par un jeune de nationalité gambienne. Face à ces nombreuses agressions qui coûtent la vie à des citoyens, nombreux sont les Sénégalais qui demandent le rétablissement pur et simple de la peine de mort au Sénégal. Pour ces derniers, c’est la seule solution qui pourrait régler cette affaire qui commence à inquiéter même les tenants du pouvoir. Mais le président de l’Union centriste du Sénégal (UCS) trouve le contraire. Abdoulaye Baldé invite plutôt les Sénégalais à une introspection. « Je ne pense pas que la peine de mort soit une solution. La peine de mort a existé dans notre pays depuis l’indépendance en 1960 et, jusqu’en 2004, elle était là. Mais vous savez que le monde a connu une évolution majeure et dans tous les domaines, il y a de nouveaux phénomènes qui sont apparus. Donc, par conséquent, je pense que tous les gouvernements doivent s’adapter et dicter de nouvelles règles dans la gestion de ces conflits. La violence est devenue un phénomène réel dans notre pays, il faudrait que nous ayons une introspection au niveau de nos services de sécurité pour voir ce qui ne marche pas », a dit Abdoulaye Baldé, maire de Ziguinchor. Face aux journalistes, le président de l’UCS a regretté le fait que dans notre pays, nous ayons le même système de sécurité depuis les indépendances. « Nous avons toujours une police qui fait des rafles mais qui ne patrouille pas suffisamment, idem pour la gendarmerie. Je pense qu’il faut qu’on donne suffisamment d’effectifs et de moyens aux services de sécurité pour leur permettre de faire des patrouilles jour et nuit. Sinon, les délinquants vont encore continuer à semer le trouble au niveau du pays », a-t-il dit. Baldé a également invité tous les Sénégalais à changer de mentalité parce que, selon lui, les difficultés proviennent souvent des familles. Ainsi il appelle à l’éducation des enfants.

Abdourahmane DIALLO

Leave your comment

Please enter your name.
Please enter comment.

1 2 3 4 5

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15