images (3)

Pénurie de sang à l’hôpital régional 

Dr Noël Nadiadié, responsable de la  banque de sang à l’hôpital régional de Kolda, tire la sonnette d’alarme. La structure hospitalière a grandement besoin du liquide vital.

La situation est critique au niveau du centre hospitalier régional de Kolda, en ces temps qui courent. La banque de sang de l’hôpital régional de Kolda est presque vide. « La situation est critique dans la région de Kolda. Parce qu’il y a moins de gens qui viennent pour donner leur sang. Et chaque jour, les spécialistes de la santé de l’hôpital régional de Kolda sont obligés de prendre les accompagnants des malades. Ce qui n’est pas autorisé. Car, lorsqu’on prend les accompagnants, la sécurité n’est pas aussi garantie que pour les donneurs volontaires qu’on peut avoir et suivre de temps en temps », a expliqué Dr Noël Nadiadié, responsable de la  banque de sang du centre hospitalier régional de Kolda, hier à l’occasion de la Journée Mondiale des donneurs de sang.

Le problème est d’autant plus grave que Kolda est une zone où sévissent des pathologies chroniques comme la drépanositose, le VIH/SIDA, le paludisme. Il y a aussi des grossesses à risques. « Toutes les personnes qui souffrent de ces maladies ont besoin de sang. Donc, la situation actuelle de manque de sang est difficile à gérer pour ces personnes-là », a déploré Dr Noël Nadiadié.

A la question de savoir si le sang est vendu au niveau du centre hospitalier régional de Kolda, comme le soutiennent la plupart des citoyens rencontrés au sein dudit service, Dr Noel Nadiadié a vigoureusement démenti. « C’est faux. Le sang n’est jamais vendu au niveau de l’hôpital. Et personne parmi ces gens qui soutiennent le contraire ne peut vous produire un ticket issu de la vente du sang ».

Selon le médecin, les années précédentes, l’hôpital régional de Kolda n’a jamais atteint plus de 1200 donneurs de sang. Cette année, pour renverser cette tendance, les agents de l’hôpital régional de Kolda ont mené une vaste campagne dans les établissements, les places publiques et au niveau des foyers pour prendre contact avec les donneurs de sang. A cela s’ajoute des communiqués diffusés dans les radios de la place.

« Parfois quand les écoles organisent leurs Fosco ou des fêtes de fin d’année, elles nous invitent. Et le jour de la manifestation, nous partons avec toute l’équipe pour la collecte de sang. Déjà pour cette année 2016, nous avons effectué 12 sorties, dans le premier semestre, alors que les années précédentes, on faisait presque toute l’année, sans avoir 10 sorties. Au moment où, je vous parle, pour le premier semestre, l’hôpital régional de Kolda a 787 poches de sang. Mais, l’objectif fixé était à 2000 poches. Et peut-être avec les campagnes et les communiqués, on n’y parviendra ».

Pour pallier le problème de manque de sang, le médecin souligne que la région de Kolda doit avoir 7 à 70 mille donneurs de sang. Or, actuellement, la région ne compte même pas 2 mille donneurs de sang.

Enquete

Voir aussi

telechargement-15

Gamou 2016 : Al Amine plaide l’équipement de l’hôpital Abdoul Aziz Dabakh de Tivaouane

C’est une doléance formulée hier, en marge du comité régional de développement en vue du …