Accueil / SOCIETE / Pénurie d’eau dans la banlieue- Yeumbeul, Darou Salam assoiffés

Pénurie d’eau dans la banlieue- Yeumbeul, Darou Salam assoiffés

 C’est un véritable calvaire que les habitants de Darou Salam 5 et de Yeumbeul Nord sont en train de vivre à cause de la pénurie d’eau à laquelle ils sont confrontés depuis un certain temps. Dans cette localité, trouver le liquide précieux est devenu un véritable parcours du combattant pour les populations qui trouvent leur salut dans des pompes « Jambar » pour se désaltérer. Ne pouvant plus supporter cette pénurie d’eau, les populations de Yeumbeul lancent des cris de cœur. D’après Yaya Diallo, « c’est vers les coups de 4 heures ou 3 trois heures du matin, que les robinets coulent. Certains sont obligés de se ruer vers les bouteilles de dix litres pour alimenter les foyers ».

Même son de cloche pour Maïmouna Barry selon qui, « ce n’est pas tout le monde qui peut acheter ces bouteilles. Les femmes attendent jusqu’au milieu de la nuit pour puiser au moment où certaines devraient être au lit après plusieurs journées de travail. Les élèves partent à l’école sans se laver, le matin. Faire nos absolutions est un sacrifice pour les pères de famille ». Cette pénurie, constatée de part et d’autres, dans plusieurs localités de la banlieue, notamment à Yeumbeul, au quartier de Darou Salam 5 et aux environs, hante le sommeil des populations.

D’après Vieux Sané, « des appels longtemps lancés pour interpeler les responsables en charge de cette question par rapport à cette situation sont restées, vaines. Aujourd’hui, ce sont encore les autorités qui ont été interpelées pour solutionner ce besoin des populations ». Plusieurs personnes rencontrées se désolent de cette situation dont les habitants de la banlieue sont en train de vivre.

Il revient encore aux autorités d’assister cette bonne franche des Sénégalais qui sont dans le besoin pour améliorer leur cadre de vie.

Sada Mbodj

À voir aussi

FONCIER Macky transforme les titres précaires en titres fonciers

Le Conseil des ministres, qui s’est réuni hier, a décidé de revoir les titres fonciers …