téléchargement

PERCEPTION DU SECTEUR MINIER AU SÉNÉGAL Potentiellement bénéfique mais peu transparent !

Le sous-sol du Sénégal renfermerait d’importants gisements de fer, d’or, de zircon, de phosphates, tout comme des ressources énergétiques pétrolières et gazières. Mais les Sénégalais ont une perception mitigée sur l’impact de l’industrie minière au Sénégal. C’est la conclusion à laquelle est parvenue l’enquête d’Afrobaromètre sur l’exploitation des mines et des ressources naturelles au Sénégal.

Soucieux de tirer profit de ce potentiel par une gestion transparente et participative des ressources minières, le Sénégal s’est inscrit à l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives (ITE). C’est dans ce cadre que le Réseau Afrobaromètre a procédé, hier, à la dissémination des données sur « la perception des Sénégalais sur l’exploitation des mines et des ressources naturelles au Sénégal ». Les résultats de l’enquête d’Afrobaromètre, au Sénégal, indiquent que l’exploitation des mines et des ressources naturelles se fait sous le sceau de l’opacité, bien que les Sénégalais soient globalement plus enclins à percevoir l’industrie minière comme bénéfique au pays en terme de création d’emplois et de réduction de l’exode rural. Par ailleurs, précise le rapport, des proportions importantes de la population considèrent que l’exploitation des mines dégrade l’environnement et profite aux sociétés minières étrangères. Toutefois, l’exploitation des mines et des ressources naturelles reste opaque et très peu connue des Sénégalais.
Souvent, plus de quatre citoyens sur 10 ne se sentent pas en mesure d’évaluer l’impact de l’industrie minière au Sénégal, mentionne le rapport. En réalité, une majorité relative de quatre Sénégalais sur dix (43%) estiment que l’industrie minière permet de créer des emplois et contribue par conséquent au développement. Par contre, 18% des enquêtés estiment le contraire. Le tiers (35%) des enquêtés soutiennent que l’industrie minière contribue à réduire la propension à migrer vers les villes. À l’inverse, 21% des enquêtés estiment que cette industrie ne freine pas l’exode rural. Une proportion importante d’enquêtés (37%) affirment que l’industrie minière favorise la dégradation de l’environnement, contre seulement 11% qui nient une telle dégradation. Presque la moitié (47%) des Sénégalais pense que l’extraction minière profite aux sociétés minières étrangères, contre 9% qui disent l’inverse. Seulement 9% des enquêtés (soit un sur 10) admettent que la gestion des ressources minières et naturelles s’opère de façon transparente, contre 35% qui trouvent un manque de transparence. Ce sentiment d’opacité est renforcé par le fait que la moitié (52%) des Sénégalais interrogés reconnaissent qu’ils ne savent pas si cette gestion est transparente ou non.
Par ailleurs, les résultats indiquent qu’il n’y a pas de différence significative entre le milieu rural et le milieu urbain au sujet de la perception d’une contribution de l’industrie minière à la réduction de l’exode rural. Par contre, plus citoyens sont instruits, plus ils sont enclins à admettre la contribution de l’industrie minière à la réduction de l’exode rural : 40% pour ceux qui ont le niveau universitaire, 46% pour le niveau secondaire, 37% pour le niveau primaire, et 29% pour ceux qui n’ont jamais été à l’école.
À signaler que l’enquête Afrobaromètre est un réseau de recherche panafricain et non-partisan qui mène des enquêtes d’opinion publique sur la démocratie, la gouvernance, les conditions économiques, et d’autres questions connexes dans plus de 30 pays en Afrique. Cinq séries d’enquêtes ont été conduits entre 1999 et 2013, et les résultats du Round 6 (2014/2015) sont actuellement en cours de publication.

Mouhamadou BA

Voir aussi

telechargement

CONSOMMATION DE VIANDE AU SÉNÉGAL- En hausse grâce à la volaille !

La consommation de viande au Sénégal a augmenté en 2015. Notamment grâce à la volaille, …