coton47

Performance : La 100.000ème tonne de coton malien en export au Pad fêtée

Le coton malien en transit au Port autonome de Dakar (Pad) vient de franchir la barre des 100.000 tonnes. La réception de ce tonnage a été fêtée, hier, lors d’une cérémonie en présence des autorités portuaires et de la Compagnie malienne pour le développement du textile (Cmdt).

Le 21 novembre 2014, le Port autonome de Dakar (Pad) avait signé une convention de partenariat avec la Compagnie malienne pour le développement du textile (Cmdt) pour le transit de 100.000 tonnes de coton du Mali par Dakar. Cette convention a permis d’augmenter le volume de productions qui transite via le port de Dakar, à destination des pays importateurs. De 45.000 tonnes de coton qui passaient par le Pad, les deux parties ont convenu d’atteindre, cette année, 100.000 tonnes.

En partenariat avec le groupe Bolloré Africa logistics, les entrepôts du Mali au Sénégal (Emase) et la compagnie malienne pour le développement du textile (Cmdt), ont fêté les 100.000 tonnes de trafic pour le coton en export en provenance du Mali. Le directeur général du Pad, Cheikh Kanté, se dit satisfait de cette performance qui, à son avis, traduit la bonne santé du port de Dakar. Elle reflète, également, ajoute-t-il, les excellentes relations entre le Sénégal et le Mali. Le tonnage atteint est un bond qualitatif qui a été réalisé par le Pad, se réjouit-il.
De son côté, Kalfa Sanogo, président directeur général de la Cmdt, se dit engagé à développer davantage un partenariat gagnant-gagnant avec le Pad pour renforcer l’exportation du coton malien via Dakar. Papa Ibrahima Sow, directeur commercial et de la coopération internationale du Pad, rappelle que la réception de la 100.000ème tonne au Pad est l’aboutissement d’un long processus déclenché, il y a dix mois.
Selon lui, c’est en octobre 2014 que le président-directeur général de la Cmdt avait pris l’engagement devant le Dg du Pad de faire passer, au moins, 100.000 tonnes. « Les engagement pris de part et d’autre ont été respectés. Et nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin. Le Pad sera toujours prêt à répondre aux attentes afin de franchir, avec la Cmdt, le cap de l’excellence qui est fixé », promet-il. Pour sa part, Christophe Pujalte, représentant du groupe Bolloré, a magnifié les résultats « probants » de ce partenariat « bénéfique » qui s’étend sur le corridor Mali-Sénégal. Il résulte, selon lui, de la croissance dynamique du secteur cotonnier et aussi du partenariat « fécond » avec le Pad et Emase. Il juge nécessaire de miser sur la rationalisation des coûts d’exploitation du trafic coton et d’avoir l’ambition de faire du Pad un passage obligé pour le trafic du coton. « C’est l’occasion de rendre hommage à tous ceux qui ont œuvré pour l’atteinte de cet objectif. Le groupe Bolloré soutient la filière coton en Afrique depuis les trois dernières décennies », a-t-il fait savoir. Le soutien de ce groupe, à cette activité, se traduit par d’énormes investissements, la construction d’infrastructures comme les hangars de stockage aux normes internationales, a-t-il poursuivi. « Le groupe continuera ses efforts vis-à-vis de ses partenaires. Notre objectif est de faire de Dakar la porte de sortie naturelle du coton malien », souligne M. Pujalte. Pendant les six dernières campagnes cotonnières, au Mali, la production a connu un accroissement régulier. Elle est passée de 228.999 tonnes en 2009-2010 à 548.696 en 2014-2015. Il faut noter aussi l’impact important de la subvention des engrais sur cette augmentation. Le Programme de développement stratégique de la filière coton sera à sa 3ème campagne d’application au cours de la saison2015-2016. A terme, il prévoit la production de 800.000 tonnes de coton grains.

Le Soleil

Voir aussi

telechargement-3

DONNÉES INFORMATIQUES AFRICAINES La Sonatel lance un « DATACENTER »

La Société nationale des télécommunications (SONATEL) est en train de finaliser les travaux de construction …