23 juillet, 2014
Accueil » POLITIQUE » « Personne n’a la technique ni l’argent pour finir mes chantiers »
« Personne n’a la technique ni l’argent pour finir mes chantiers »

« Personne n’a la technique ni l’argent pour finir mes chantiers »

En visite à Kaolack, hier, dans le cadre de la campagne électorale, le « Président candidat » Me Abdoulaye Wade a rencontré le secteur informel du bassin arachidier, à qui il a promis une solution aux nombreux problèmes. La rencontre a été l’occasion d’une pêche aux voix, puisque, selon lui, des responsables de l’AFP de Niasse, du PS de Tanor ou encore du Rewmi d’Idrissa Seck ne se rangeraient plus derrière leurs leaders naturels pour soutenir Macky. Redemandant aux populations de Kaolack, leur suffrage, pour ce deuxième tour, il prétendra être le seul à avoir la compétence, la technique et l’argent nécessaires pour achever ses chantiers.
Le Président qui a précisé être venu à Kaolack, non pas pour un meeting, mais plutôt pour une séance de travail sur les différents domaines d’intervention de la Chambre de Commerce et des Métiers, sensible, dira-t-il, qu’il est aux doléances de ce secteur.

Il a ainsi promis une aide aux sinistrés de l’incendie du marché central de Kaolack qui avait provoqué des pertes de plus de 2,700 milliards, le 28 Janvier dernier. Il a, par la suite, s’adressant aux paysans, fait savoir que dans aucun pays au monde, les produits (semences, engrais) pour l’agriculture ne sont offerts aux paysans et que, dans ce cas, le Gouvernement de l’alternance avait démontré son expertise. Aussi, demandera-t-il à Souleymane Ndéné Ndiaye d’organiser un Conseil Présidentiel pour régler définitivement ces problèmes ou apporter des solutions concrètes.

«Kou ni Wade, ni talli» (Qui dit Wade, dit routes)

Le Président a, par la suite, tenu à diagnostiquer la raison de sa défaite, au premier tour, à Kaolack, rappelant que sur deux sénégalais, un seul est sorti voter. Aussi, pour le prochain tour, demande-t-il à l’électorat abstentionniste de Kaolack, d’accomplir son devoir citoyen, pour lui permettre de continuer les travaux entamés.

De ces travaux, le chef de l’état notera être le seul à pouvoir les terminer. « Cela les gâterait de les confier à quelqu’un d’autre. C’est pourquoi, je veux un autre mandat, mon programme date de 1999 et mes travaux demandent de la technique et des moyens financiers que, je suis seul à détenir », avertira-t-il. «Kou ni Wade, ni talli» (Qui dit Wade, pense aux infrastructures), parce qu’en 10 ans, j’ai fait plus, dans ce secteur, que les socialistes, en 40 ans», a-t-il tenu à rappeler.

Me Wade a aussi informé que des responsables des partis de l’opposition, particulièrement, des anciens candidats Moustapha Niasse, Tanor Dieng et Idrissa Seck, sont reçus au Palais, tous les jours, et ne sont pas aptes à voter pour Macky Sall, à qui, ils ne font pas confiance.

Mamadou DIOUF (envoyé spécial à Kaolack)