Accueil / ECONOMIE / Pétrole Les prix ont chuté de 8,1% en 7 mois 

Pétrole Les prix ont chuté de 8,1% en 7 mois 

L’indice des prix des produits de base du Fonds monétaire international (FMI) a baissé de 5% entre février et août 2017, c’est-à-dire entre les périodes de référence de l’édition d’avril 2017 des PEM et l’édition actuelle.

Les prix du pétrole ont diminué de 8,1% entre février et août, alors même que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et certains pays exportateurs de pétrole non membres de l’OPEP ont annoncé en mai qu’ils prolongeraient les diminutions de la production jusqu’au premier trimestre de 2018.  La baisse des prix,  d’après le FMI, s’explique principalement par une production plus élevée que prévu du gaz de schiste aux États-Unis et par des redressements plus vigoureux que prévu de la production en Libye et au Nigéria.

En outre, les exportations des pays membres de l’OPEP sont restées à des niveaux relativement élevés, même avec une production inférieure. Après être remonté quelque peu ces dernières semaines, le prix du pétrole avoisinait 50 dollars le baril fin août, soit toujours moins qu’au printemps. S’agissant du gaz naturel, l’indice des prix, une moyenne pour l’Europe, le Japon et les États-Unis, a diminué de 9,6% entre février et août 2017. Ce recul est lié principalement à des facteurs saisonniers et à une offre robuste des États-Unis et de la Russie, ainsi qu’à la baisse du prix du pétrole, auquel certains prix du gaz naturel sont liés. « Le conflit diplomatique entre le Qatar, qui est le plus grand exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, et plusieurs pays de la région, y compris l’Arabie saoudite, n’a pas influé sur les marchés du gaz naturel liquéfié, car les exportations du Qatar se sont poursuivies », précise le Fonds monétaire international.

En ce qui concerne  le charbon, les  coûts, une moyenne des prix australiens et sud-africains, ont progressé de 16,5% entre février et août 2017. Après la fin de la perturbation du transport de charbon en Australie qui a été causée par le cyclone Debbie fin mars, les prix du charbon ont baissé jusqu’à juin et la demande vigoureuse de la Chine a contribué à un redressement des montants. À compter du 1er juillet, la Chine a restreint les importations de charbon dans plusieurs ports afin de limiter l’impact négatif de la baisse des prix internationaux sur la production. Conjuguées à la baisse de la production de charbon en Chine et à des conflits sociaux sporadiques dans les mines de charbon en Australie, ces restrictions ont fait de nouveau monter les prix.

Zachari BADJI

À voir aussi

Déficit budgetaire Amadou Bâ craint l’aggravation de celui du compte courant en 2018

Réussir Business- Après sa rencontre avec le secteur des microfinances et celui des assurances, Amadou …

Aide publique au développement- Un rapport de l’Uemoa met en exergue les dangers de cette manne financière pour les pays africains

Ouestaf- Les pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) ont reçu, durant les trois …