ACTUALITE

Peur sur Thémis ! (Par Serigne Saliou Samb)

  • Date: 23 novembre 2015

La guerre à fleurets mouchetés que se mènent actuellement magistrats et avocats peut, si l’on y prend garde, virer en une guerre totale, avec des conséquences incalculables pour la démocratie et surtout pour la stabilité de notre pays, vitrine de la démocratie en Afrique. Le combat entre ces deux protagonistes de la justice est d’autant plus périlleux que l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) et le bâtonnier de l’Ordre des avocats ont rejoint le front, pour soutenir les membres de leurs corporations respectives. En effet, piqué au vif par les accusations de corruption porté par Me Mame Adama Guèye contre les magistrats dans l’affaire Wartsila, Maguette Diop, président de l’Ums est sorti de sa réserve, pour rappeler la robe noire à l’ordre, avant d’ester en justice contre lui. Une démarche qui a, de son côté, radicalisé le bâtonnat. Lequel à sonné le rappel de ses troupes.

Les Sénégalais sont surpris et médusés face à cette querelle de borne fontaine entre des personnes assermentées qui doivent assurer l’indépendance de la justice. Et, vu la trajectoire du pays de la téranga, secouée en 1962 par une crise qui avait opposé les deux têtes de l’Exécutif, en l’occurrence Mamadou Dia, président du Conseil et Léopold Sédar Senghor, président de la République, l’on peut dire que les craintes de nos concitoyens sont plus que fondées. Praticiens du droit et autres fins connaisseurs des arcanes du Temple de Thémis conjurent déjà le pire dans les cours et tribunaux où la sérénité et l’impartialité, indispensables dans les prétoires, cèderaient la place à l’adversité et aux batailles de chapelle. Qui plus est, ces tiraillements entre magistrats et avocats interviennent à un moment où le pouvoir judiciaire sénégalais est sérieusement malmené par des scandales comme l’impunité, le passe droit et la partialité dans bien des dossiers. Sans oublier la tâche noire de la Crei, une forme de justice démoniaque qui foule au pied le très sacro saint principe de la présomption d’innocence, et qui consacre l’inversement de la charge de la preuve.

Si l’on revient à la définition de l’avocat et du magistrat, nous retenons, mutatis mutandis que la robe noire  est un juriste dont la fonction est de conseiller et de défendre ses clients, (personnes physiques ou morales), en plaidant pour faire valoir leurs intérêts et, plus généralement, pour les représenter, le cas échéant. L’avocat s’acquitte également d’une fonction de conseil et de rédacteur d’actes. Il a un statut et bénéficie de certains privilèges définis et encadrés par la loi.

Quant au magistrat, il peut être juge ou procureur. Son rôle est d’administrer la justice au non de l’État et de la société… Autant dire que les deux corps sont condamnés à travailler ensemble dans la confiance et la complicité. Faute de quoi, la justice pourrait perdre son rôle de contrôle sur l’Exécutif, le Législatif et surtout de garant d’une société libre et égalitaire pour tous les citoyens. Le risque (on peut même dire la peur) est d’autant plus grand que le Sénégal, malgré ses acquis indéniables, est encore et toujours une démocratie en construction.

Serigne Saliou SAMB

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15