31 juillet, 2014
Accueil » SANTE » Philadelphie : Emma, 5 ans, sauvée d’une leucémie grâce au virus du Sida
Philadelphie : Emma, 5 ans, sauvée d’une leucémie grâce au virus du Sida

Philadelphie : Emma, 5 ans, sauvée d’une leucémie grâce au virus du Sida

La science fait des miracles. Une petite Américaine atteinte d’une leucémie a pu être sauvée grâce à une nouvelle technique révolutionnaire et particulièrement inattendue. Des médecins de l’hôpital des enfants de Philadelphie ont inoculé en partie le Vih à la petite Emma Whitehead afin d’éradiquer ses cellules cancéreuses. Et après 7 mois de traitement et de combat contre la mort, elle est aujourd’hui en rémission complète et a retrouvé les bancs de son école, rapporte Europe 1.
Tout avait pourtant très mal commencé. En 2010, des médecins diagnostiquent une leucémie lymphoblastique aiguë à Emma Whitehead, qui a alors 5 ans. Malgré deux chimiothérapies, elle rechute et les médecins la pensent condamnée. Désespérés, ses parents sont prêts à tout pour sauver leur fille. Ils acceptent ce traitement expérimental qui consiste à reprogrammer le système immunitaire du patient grâce à une version modifiée du virus du Sida. Le patient ne devient pas séropositif pour autant. Modifiés grâce au Vih, les lymphocytes T vont alors se concentrer sur les cellules cancéreuses afin de les éliminer. L’organisme est soumis à rude épreuve avec de fortes fièvres et des chutes importantes de le pression artérielle. Cela a bien failli coûter la vie à Emma. Il s’agit du premier enfant chez qui ce traitement a été testé. Auparavant, il ne l’avait été que sur quelques adultes.

Un espoir fantastique

Cette thérapie révolutionnaire, développée initialement à l’Université de Pennsylvanie, suscite beaucoup d’espoir dans la communauté médicale même si elle n’est pas totalement efficace chez certains patients. « Notre objectif est d’avoir un remède mais, nous ne pouvons pas dire ce mot pour l’instant », explique le docteur Carl Juin, qui dirige l’équipe de recherche à l’Université de Pennsylvanie.

A terme, il espère que ce traitement pourra remplacer la greffe de moelle osseuse, l’actuel dernier espoir pour les personnes atteintes de leucémie, chez qui les autres protocoles ont échoué.

Novartis se dit prêt à investir 20 millions de dollars dans un centre de recherche dédié au développement de cette nouvelle technique. Son président, Hervé Hoppenot, a lui-même qualifié ce traitement de « fantastique » et compte bien révolutionner la thérapie de la leucémie et pourquoi pas d’autres types de cancers.

LeParisien.fr