24 novembre, 2014
Accueil » ACTUALITES » [Photos] – Abdou Latif Coulibaly sur la révélation d’Idrissa Seck :  » il y a soit une mauvaise foi manifeste ou bien une ignorance ou une volonté de faire effet par une contre-vérité translucide »
[Photos] – Abdou Latif Coulibaly sur la révélation d’Idrissa Seck :  » il y a soit une mauvaise foi manifeste ou bien une ignorance ou une volonté de faire effet par une contre-vérité translucide »

[Photos] – Abdou Latif Coulibaly sur la révélation d’Idrissa Seck :  » il y a soit une mauvaise foi manifeste ou bien une ignorance ou une volonté de faire effet par une contre-vérité translucide »

A quelques heures du discours à la nation du chef de l’Etat pour le 53ème anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale, les deux sorties médiatiques d’Idrissa Seck continuent de faire du bruit. Le leader du parti Rewmi avait dressé un bilan peu reluisant des douze mois de la gestion de Macky Sall. D’aucuns disent même qu’il n’a fait que dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Une opinion pas du tout partagée par le porte-parole du gouvernement, Abdou Latif Coulibaly, qui dans un long entretien qu’il a accordé à Rewmi.com, Rewmi FM et Rewmi Quotidien, a tenu à apporter une cinglante réplique au maire de Thiès.

« Naturellement, je ne partage pas cet avis », précise-t-il d’emblée, avant de poursuivre : « Je pense qu’il y a des gens, en l’occurrence Idrissa Seck, avec beaucoup de respect que je lui dois, qui soulèvent des débats qui ne sont pas à la hauteur de nos responsabilités. Il y a des choses, quand on est responsable, on les pose de façon responsable. Je ne crois pas que la polémique médiatique soit nécessairement preuve de responsabilité ».

Sur le choix d’Idrissa Seck de se prononcer le jour de la célébration du premier anniversaire du régime actuel, le ministre chargé de la promotion de la bonne gouvernance et porte-parole du gouvernement pense que « Idrissa fait le choix de ses armes qu’il pense être les armes les plus efficaces pour exister parce qu’à un certain moment, on vous oublie et vous avez envie d’exister. La meilleur existence c’est celle que Macky Sall avait faite quand il avait démissionné du parti démocratique sénégalais, c’est d’aller vers les sénégalais, d’être présent auprès des sénégalais et de réussir sa brillante élection alors qu’il n’était pas nécessairement à priori, deux ans avant sa sortie du gouvernement le mieux indiqué ».

Répondant à une question sur la révélation d’Idrissa Seck sur les 418 milliards de F Cfa que le régime de Wade aurait laissés dans les caisses de l’Etat, le porte-parole du gouvernement livre son commentaire : « Honnêtement, j’ai beaucoup d’amitié pour Idrissa Seck mais parfois j’ai le sentiment qu’il a quasiment un rapport névrotique avec l’argent. Toutes les fois qu’Idrissa Seck s’est placé au cœur d’une polémique dans le pays, c’est quasiment l’argent. C’est rarement sur une analyse prospective de la situation du pays. Souvenez-vous : la première polémique qu’il a déclenchée comme Premier ministre, c’est d’aller dire à Ziguinchor ‘je suis très riche alors que je suis un enfant de pauvres’, la deuxième polémique la plus essentielle ça a été également de dire ‘la première chose que Wade m’a dite c’est nos soucis d’argent sont terminés’, la troisième fois que je l’ai entendu franchement dire des choses qui captent l’attention des citoyens sénégalais c’était de revenir pour dire ‘ce qui m’oppose à Abdoulaye Wade…il m’a donné des fonds politiques’ ».

Qualifiant les sorties de l’ancien Premier ministre de buzz médiatique, il dira que « Idrissa Seck a voulu faire croire que le constat qui a été fait n’est pas un constat conforme à la vérité des faits. Il parle des avoirs de l’Etat sénégalais qui sont parfaitement différents des avoirs du Trésor public sénégalais.

Il faut que les gens le comprennent, quand vous allez dans les comptes de la Banque Centrale, tout ce qui est déposé dans les banques en termes de billets, monnaie, d’avoirs est comptabilisé pour le compte de l’Etat du Sénégal. Par exemple, l’argent que la Caisse des consignations des dépôts a dans les banques facturé au compte de l’Etat du Sénégal.

Quand il parle de 417 milliards, c’est l’ensemble des avoirs de toutes les entités publiques, parapubliques et le Trésor public sénégalais. Ça n’a rien à voir avec un avoir budgétaire. Je crois qu’il le sait, s’il l’ignore, c’est grave car c’est un homme qui a exercé de hautes responsabilités ; c’est vrai qu’il n’a pas duré là-bas, il a rarement duré dans des fonctions d’ailleurs, même dans le privé je ne crois pas qu’il ait trop duré dans un cabinet.

Mais, ce n’est pas une excuse. Il sait très bien que l’ensemble de ces avoirs là ne peut pas être comptabilisé en termes d’avoirs du Trésor public sénégalais. Sur l’ensemble du magma d’argent qui est soulevé, Idrissa Seck sait très bien que le Trésor public sénégalais ne disposait que de 12 milliards sur cet ensemble. Mais ces 12 milliards ne signifient absolument rien par rapport à l’endettement de 587 milliards de l’Etat du Sénégal.

Vous avez 12 milliards, vous avez une dette de 587 milliards, sans compter les cautions auxquelles le Sénégal faisait face pour une valeur quasiment de 150 milliards, des emprunts sur lesquels le Sénégal avait fait des cautionnements. Ça n’a rien à voir avec le contentieux qui a généré des sommes importantes à payer par l’Etat du Sénégal pour à peu près 96 milliards. Donc si vous additionnez tout, les avoirs du Sénégal de 12 milliards et le niveau d’engagements auxquels le Sénégal fait face, vous avez un déficit énorme de plus de 500 milliards que le Sénégal devait au moment où le président Macky Sall est arrivé au pouvoir.

Tout de même, il y a soit une mauvaise foi manifeste ou bien une ignorance ou une volonté de faire effet par un mensonge translucide. Ni l’un ni l’autre, aucun de ses objectifs n’est louable pour un homme politique de son niveau parce qu’on trompe le peuple, on cherche à tromper le peuple. Je crois honnêtement s’il n’a pas eu la chance d’être le quatrième président du Sénégal, c’est sans aucun doute à cause de ces stratégies-là. Si toutefois il rate la posture de cinquième président, ce sera certainement également à cause de ça. C’est inexact ce qu’il dit, ça ne reflète pas la réalité et ça procède d’un souci d’exister en trompant. Je ne crois pas que ça soit la meilleur des choses à faire ».

REWMI.COM/AW