téléchargement

Et si on en parlait… Pillage de l’ONAS : la face visible de l’Iceberg

Le régime actuel donne l’apparence d’un renouveau alors que la continuité des tares et des infirmités est pire qu’on ne peut l’imaginer.

Mais il ne se terminera pas en apothéose. Tôt ou tard, aujourd’hui ou demain, le temps, fossoyeur courbé dans l’ombre, démasquera tous les pillards encagoulés des finances publiques et des ressources nationales du Sénégal sous ce régime. Déjà, la désinvolture a mis les ressources halieutiques et minières entre les mains de ruffians étrangers qui les chambardent avec une libertaire frivolité.

Et voilà que ce sont des gens à qui Macky Sall fait confiance en les installant à la tête de Sociétés nationales qui profitent de leur fonction pour vouloir ingurgiter tout ce que contiennent ces services d’État du pouvoir que leur camarade de parti Moustapha Cissé Lô a qualifié fièrement de calebasse de miel.

On s’attable simplement au pouvoir et on mange le Sénégal. C’est ainsi de piètres politiciens deviennent hommes d’État. Et ces politiciens dirigent les sociétés d’État par la mitre et le hausse col en sortant des crocs et des griffes pour bonder sur quiconque contrarie et les dénonce. Comme des loups qui se lèchent après qu’ils viennent de mordre, ces pillards narguent et ripaillent parce que jouissant d’une nouvelle fortune née du honteux coït de la boulimie et de l’insouciance.

L’avènement de Macky Sall a donné au Sénégal l’illusion d’une véritable gouvernance sobre et vertueuse. Mais que nenni ! Déjà, le nouveau train de vie des gens de son régime, la distribution partisane et pléthorique de responsabilités d’État à des militants et responsables de son Parti et la nouvelle condescendance dont ils font montre donnent la preuve d’une gouvernance aux antipodes de la sobriété et de la vertu.

Le Cas de l’Office National d’Assainissement du Sénégal (ONAS) est illustratif. La rumeur et la clameur marmonnaient une gestion désastreuse et prédatrice de la société. Mais les informations livrées confirment une conduite dévastatrice de la boite par son Directeur général. D’après ces informations, il ne lui a pas suffi de s’enrichir par des «  commissions engrangées sur les marchés attribués », il s’accapare aussi des biens de la société allant jusqu’à mettre à la disposition de son épouse et de ses enfants des véhicules à leurs services au frais du service !

Et ce scandale révélé n’est que la face visible de l’Iceberg. Macky Sall qui annonce un audit des Sociétés d’État et un code de gouvernance semble flaire un pillage encagoulé des finances publiques par des gens qui ne sont soumis à aucune obligation de résultats et de comptes rendus. Et c’est pourquoi ils se permettent de mener sur des sacs d’or la danse macabre des maroufles et des aigrefins.

Un audit impartial et intègre devrait être mené. Il y va de l’image du régime et de l’intérêt de Macky Sall. Il tape parfois sur la table et s’en limite là, oubliant que tout ce qu’il a conquis est en train de tomber des mains de ces larrons politiciens détrousseurs de budget.

Macky Sall ne peut pas instruire une administration efficace en phase avec les normes de gestion, proclamer une gouvernance sobre et vertueuse et ne pas anticiper sur l’audit des Sociétés nationales.

La responsabilité de poursuivre le bien commun revient à lui car elle est la raison d’être de son autorité !

Le Piroguier

Voir aussi

pr-macky-sall

30 ANS D’EXISTENCE DE LA SAGAM Macky plaide l’externalisation de la gestion de la sécurité

La Sagam international a célébré, hier, ses 30 ans d’existence. Venu présider la cérémonie de …