26 octobre, 2014
Accueil » SOCIETE » Pillage des ressources pélagiques du Sénégal sous Wade : Les acteurs de la pêche invitent les autorités à ouvrir une enquête
Pillage des ressources pélagiques du Sénégal sous Wade : Les acteurs de la pêche invitent les autorités à ouvrir une enquête

Pillage des ressources pélagiques du Sénégal sous Wade : Les acteurs de la pêche invitent les autorités à ouvrir une enquête

Greenpeace et les acteurs de la pêche sénégalaise avaient organisé, du 3 au 8 Décembre, la semaine de la pêche durable dans le territoire national, pour faire l’état de ce secteur. Lors d’un point de presse conjoint, hier, à Dakar, ils ont salué la décision du président Macky Sall de mettre fin aux activités des chalutiers pélagiques étrangers. Mais, les acteurs de la pêche sénégalaise et Greenpeace invitent l’Etat à ouvrir une enquête pour apporter la lumière sur le pillage des ressources pélagiques du Sénégal, sous Wade.
Entre 2010 et 2012, des autorisations de pêche ont été délivrées par le gouvernement d’Abdoulaye Wade à des chalutiers étrangers. Ainsi, les acteurs de la pêche sénégalaise et le Greenpeace ont-ils jugé l’impact de cette situation négatif sur la ressource, les conditions de vie des pêcheurs et des consommateurs sénégalais. C’est pourquoi, le gouvernement de Macky Sall, dès son accession au pouvoir, a pris la décision de mettre fin aux activités des chalutiers pélagiques étrangers qui, selon les acteurs de la pêche, pillaient les eaux sénégalaises. En effet, s’agissant des autorisations de pêche octroyées à des chalutiers étrangers par l’ancien régime, Ahmet Diamé, chargé des campagnes à Greenpeace, a « salué les efforts entrepris par les nouvelles autorités sénégalaises, en vue de protéger les ressources et les moyens de subsistance de millions de sénégalais qui dépendent de la pêche ». Aussi, poursuit-il, disant qu’ils invitent l’Etat à maintenir cette décision pour que pareilles situations ne se reproduisent jamais. Lors de cette conférence de presse conjointe, Issa Fall, membre de la plateforme des acteurs de la pêche artisanale du Sénégal (Papas), s’est désolé que « les acteurs la pêche artisanale ne se sentent pas concernés par les accords signés par les autorités, malgré tout l’argent qu’ils payent pour avoir des permis de pêche. A cet égard, à l’unanimité, les acteurs de la pêche industrielle et artisanale du Sénégal et Greenpeace « invitent les autorités à ouvrir une enquête sur le pillage, entre 2010 et 2012, des ressources pélagiques du Sénégal, orchestré par des responsables de l’ancien régime ».

Concernant la mise en place de politiques de pêche durable au Sénégal, Dougoutigui Coulibaly, membre du groupement des armateurs industriels de la pêche au Sénégal (Gaipes) et Cie ont préconisé de mettre un terme au pilotage à vue dans le secteur de la pêche et asseoir des politiques fondées sur une démarche cohérente et participative. S’agissant du retour probable des chalutiers pélagiques étrangers dans les eaux sénégalaises, les acteurs de la pêche ont invité l’Etat à considérer la situation actuelle, critique, de ces stocks pélagiques, ainsi que leur contribution dans la pêche artisanale et la sécurité alimentaire des sénégalais. Pour la surveillance des côtes, Dougoutigui Coulibaly informera que « la pêche industrielle est présente partout et qu’à chaque fois qu’un navire se pointe, nous pouvons le constater ».

Cheikh Moussa SARR

(Stagiaire)

REWMI QUOTIDIEN