Accueil / POLITIQUE / Plaidoirie des avocats La défense de Khalifa démonte le réquisitoire du parquet puis demande la relaxe

Plaidoirie des avocats La défense de Khalifa démonte le réquisitoire du parquet puis demande la relaxe

Tour à tour, les avocats de Khalifa Sall et ses co-prévenus se sont attaqués au réquisitoire du parquet. A les en croire, ce réquisitoire ne repose sur aucun fondement juridique. Ainsi, ont-ils demandé, hier, la relaxe arguant que leurs clients ne sont coupables de rien. L’audience reprend aujourd’hui avec la suite des plaidoiries.

7 ans de prison, c’est la peine requise par le parquet contre Khalifa Sall et Mbaye Touré. Quant à Yaya Bodian, Mactar Diop, Ibrahima Yatma Diaw, Amadou Moctar Diop, le procureur a demandé qu’ils soient condamnés à 5 ans de prison. Hier, les avocats de la défense ont démonté ce réquisitoire avant de demander la relaxe. Me Amadou Sonko, avocat d’Amadou Moctar Diop, a indiqué que son client n’a commis aucune faute. « Refuser de signer est un problème de psychologie mentale parce qu’on lui a demandé de signer sous prétexte que ce sont des fonds politiques. Il est à la mairie depuis Pape Diop. Il vous a dit qu’il a signé avec désinvolture parce que pour lui, il n’y avait aucun délit. Il n’a commis aucune faute », a dit la robe noire. Sur l’association de malfaiteurs, il dit qu’elle ne peut être caractérisée. « Dans cette association de malfaiteurs, l’élément matériel est là parce qu’il a une base légale. Mon client a trouvé un système très simple qu’il a continué. Toutes ces personnes qui sont là devant vous, on ne peut pas les condamner parce que l’élément matériel a une base légale», a-t-il dit. Avant de poursuivre : « pour l’élément moral aussi, ils ne peuvent pas être condamnés parce que dans leur conscience, ils n’ont commis aucun délit. Pour le faux et usage de faux dans un document administratif, ce sont des procès-verbaux vrais. Parce que les personnes qui l’ont établi étaient dans leur travail. Même si on parle de faux intellectuel, mais ce faux intellectuel a servi à qui ? En tout cas, ce n’est pas mon client ». Concernant la complicité du détournement de deniers publics, la robe noire révèle : « on le poursuit pour complicité de détournement de deniers publics alors que sa famille est dans la dèche. Je vous demande la relaxe ».

Me Ismaïla Konaté : « il a été dit beaucoup de mensonges ici »

Avocat de Khalifa Sall, Me Ismaïla Konaté a déclaré que dans un pays où les procès viennent de façon cyclique, il faut faire très attention. « Le député-maire Khalifa Sall est un homme politique et personne ne peut le nier. Khalifa Sall était offusqué quand on lui a lu l’ordonnance de renvoi. Les infractions retenues contre lui sont violentes et méprisent le statut du député-maire. Il a été dit beaucoup de mensonges ici. Le parquet est là parce que c’est le représentant du ministère public. Cette fonction n’a pas de dignité parce qu’elle est interchangeable. Lorsque j’ai entendu le réquisitoire, je ne m’en suis guère offusqué parce qu’il est dans son rôle. La justice est souvent instrumentalisée dans nos pays. Les hommes politiques font leur bagarre et quand leur bagarre n’a plus d’issue, on vous demande, vous tribunal, d’arbitrer », s’est désolé l’ancien Garde des Sceaux du Mali. Il a par ailleurs relevé quelques curiosités dans ce dossier. C’est d’abord le rapport de l’Ige. « Qui connaît l’Ige sait qu’elle est sous l’autorité du Président de la République. Nous avons la Cour des comptes, donc le fait d’envoyer l’Ige est une violation flagrante du principe de la libre administration des collectivités locales ». S’agissant des percepteurs, la robe noire a soutenu qu’ils gardent les fonds. « En tant que comptables publiques, il y a une procédure particulière les concernant. Le gardien des fonds n’a pas perdu un rond. Il ne se plaint de rien. Où est le voleur ? Où est le volé ? Monsieur le Président, le 3e larron, c’est l’Etat qui vient demander des poursuites. On laisse le gardien de la caisse s’échapper et on veut retenir en prison qui ? L’Etat ne peut justifier aucun préjudice qu’il a subi. On vous demande 7 ans pour des personnes qui n’ont fait qu’apposer leur visa. C’est un risque énorme de condamner à 7 ans de prison parce qu’on n’arrive pas à vous montrer un seul franc de perdu », a-t-il dit. Avant de conclure : « rendre service en politique, c’est se mettre en difficulté en tant que juge. La politique tourne ».

Me Bamba Cissé : « le parquet a fait plus dans le bruit que dans l’impressionnisme »
Avocat de Khalifa Sall et Mbaye Touré, Me Bamba Cissé a déclaré que « le parquet a fait plus dans le bruit que dans l’impressionnisme. Dans son réquisitoire, je n’ai vu ni bon sens ni rime. Je n’ai vu que des attaques vis-à-vis de ces honnêtes gens. Je ne vais attaquer personne, mais je vais démontrer que ces fonds sont politiques. On a voulu construire un château de culpabilité sans un fondement solide. Pour qu’un délit soit constitué, il faut trois éléments et si un seul manque, il n’y a pas de culpabilité. Il s’agit de l’élément intentionnel, l’élément moral et l’élément légal. « Pour asseoir l’escroquerie, il faut que la victime soit trompée. Les percepteurs ont toujours payé sans contrôler parce que ce sont des fonds politiques. Pour qu’il ait détournement, il faut une appropriation personnelle, or la remise à Mbaye Touré était précaire. L’absence de justificatifs ne fait pas de détournement. Le détournement suppose l’appropriation frauduleuse de la chose. La seule vérité dans ce dossier, c’est que ces gens-là ne sont pas des délinquants », a-t-il dit. Son confrère Me Abdou Dialy Kane d’enchaîner pour dire : « le parquet s’est donné le luxe de nous servir un réquisitoire outrageusement fantastique. Les peines que le parquet réclame ne sont adossées sur aucun fondement juridique. On dit que les sommes sont destinées au cabinet du maire et tout le monde sait que la seule institution ici c’est le cabinet du maire. Aucun détournement ne peut être imputé à Khalifa Sall et à Mbaye Touré. On a tracé dans ce dossier une trajectoire procédurale dont le but ultime est d’épargner les percepteurs. Je savais dès le départ que le parquet allait demander la relaxe pour les percepteurs. Du point de la loi, ils ont une responsabilité plus grande que Khalifa Sall ». L’audience reprend aujourd’hui avec la suite des plaidoiries.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Louga: 9.837 cartes en souffrance à la préfecture 

Selon le préfet du département de Louga, Mamadou Khouma, 9837 cartes d’électeurs sont encore dans la …

Présidentielle: Le CNRA sensibilise les jeunes reporters du Sénégal

Les jeunes reporters du Sénégal ont participé, hier, à une journée de sensibilisation sur la …