Accueil / Education / Plaidoyer pour la formation d’actuaires africains pour l’Afrique

Plaidoyer pour la formation d’actuaires africains pour l’Afrique

Le master en Science actuarielle et financière et ingénierie du risque (Safir) a été mis en place à l’Universté Cheikh anta Diop ) de Dakar, afin de  former des actuaires en Afrique, pour l’Afrique et par des Africains  a soutenu , Stéphane Loisel, professeur à l’Université actuarielle et financière Claude-Bernard Lyon 1. M. Loisel s’exprimait en marge de la cérémonie de remise de diplômes à 15 enseignants chercheurs dont   dix Sénégalais, un Ivoirien, deux Togolais et deux Camerounais  formés en actuariat à Lyon et à Barcelone. « Après plus deux mois de formation, ces professeurs africains sont chargés à leur tour  à former les futures actuaires du Sénégal et d’Afrique  aux meilleurs standards internationaux et avec une mise à jour des connaissances par la recherche et également une accréditation et un lien fort avec la profession »,  à souligné Stéphane Loisel. Le projet master Safir est créé à l’initiative, à la fois, de l’Ucad, avec la Faculté des sciences économiques et de gestion (Faseg), et l’université Claude-Bernard Lyon  à travers l’Institut des sciences financières et d’assurances, a indiqué M. Loisel. Le projet a débuté depuis l’année dernière et une quinzaine d’étudiants suivent actuellement le master à la Faseg. Représentant le ministre de l’Economie des Finances et du Plan à la cérémonie de remise des diplômes aux formateurs, Mayacine Camara a indiqué qu’une telle formation présente  un fort potentiel de croissance pour le marché régional des assurances. Il a toutefois déploré les perspectives faiblement exploitées dans ce secteur. « La réussite de la micro-assurance, qui constitue l’un des défis majeurs de l’industrie des assurances africaines, passera également par la contribution du monde des actuaires » a dit M. Camara par ailleurs coordonnateur de la Direction générale de la planification et des politiques économiques (Dgppe). Les initiateurs du programme ont déploré le fait qu’il n’y a au Sénégal qu’ environ 800 actuaires pour une population de plus de 14 millions d’habitants. « Les actuaires travaillent dans le domaine de l’assurance, dans les institutions de prévoyance, dans le micro-assurance, dans la finance et les banques, dans la prospection minière et divers types de secteurs d’activités pour lesquels la gestion des risques est essentielle  ont ils expliqué. Un actuaire est un professionnel spécialiste de l’application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d’assurances, de finance et de prévoyance sociale. À ce titre, il analyse l’impact financier du risque et estime les flux futurs qui y sont associés.

Rewmi.com/FBF

À voir aussi

Pour sauver l’année scolaire l’Ois invite à l’Etat à respecter les accords signés avec les enseignants

Sauver l’année scolaire 2017-2018 est le combat des membres de l’Organisation des Instituteurs du Sénégal …

Saint-Louis : des étudiants de la faculté de lettres formés sur la maitrise du système d’information géographique

Des étudiants de la faculté des Lettres de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis ont …